defiEl Alami | Coeur en émoi

Articles avec le tag ‘El Alami’

Abdelaziz EL Maghraoui Abou Mohamed AbdeLaziz Ben Ali El Filali El Merkni El Maghraoui

Appelé Abou Farès, fut un grand Cadi à Fès. Originaire de Tafilalet. Il est né en 972 (H) – 1533 (G) 73 ans après Benkhlouf. Il est mort en 1032 (H) – 1593 (G) à l’âge de 60 ans.

Sa piété, son savoir et sa grande taille ont donné lieu au proverbe suivant:

“kouL TouiL Khaoui,siwa EnnakhLa wel Maghraoui”
(Tout ce qui est long est vide ! Excepté le palmier et EL Maghraoui)

Il a laissé derrière lui un grand diwan :

– Ma YchaLi (On dit qu’elle est de Ben Omar !)
– Ana Aâchqi Adraoui…
– Djemiê El Bah’iette Reghbou Fi Mesboughette Lelmah…
– Techqiq El Q’mar
– Selem Ya Men Lem Fel H’wa…
– Ya Bdour Ezine El Meknoune Men B’Hakoum N’Dhal H’ayem Memhoun wela Nbat Enn’êeuss.

Il fut l’un des poètes du sultan Ahmed El Mansour Saâdi. (sixième sultan de la dynastie saâdienne.)


Kaddour El Alami né à Meknès (1742-1850) l’un des plus grands noms du Melhun maghrébin.

Poète romantique,moraliste et mystique. Elève de Mokhtar El Baqali et de Amiri Mohamed. (lafkih Amiri)

Il est l’auteur de :

– El Farradjia “Ya Krim El Kourama Ghithna B’Faradj”
– EL Meknassia
– TaouessouL (Ya Men Blitni Aâfini, Biraham’Tek Ennal…) à l’image du “Tawessoul” de son maître  Laâmiri !
– Saqi (Rah Elil w’Aâl’m El Fdjer Tej Essoubh Erraqi (Ah, ya saqi) Touf Aâla El Hadra  Bfen’Djlek Tezyane EL moussiqa w’ezraâ Lessah’i yfiq…
– Laâb Men Doun Chtara Fouq Rouss Harbat…
– Ya Lotf Allah El Khafi


Ben Ali Chrif Oueld Rzin EL Oumrani  originaire de Fès. L’un des plus grands maitres du melhoun marocain (1742-1822).

Aurait vécu sous le règne de Moulay Errachid (1075-1082H)  roi Alaouite.

Il se vante aussi d’appartenir a la noble Lignée des “Chorfa” :

“Mohamed Benali Min Nessl Ezzoh’ra”

Benali demeure le prince incontesté des poètes populaires marocains.

Il est l’auteur de :

– Zenouba
– Salaf Mekmoult El B’Ha Khalatou, Youm Mchat Etzour…
– Dami H’ouit Loughzala, Chems Edhoha El Batoul…El Djazia w’Lila
– Ayli ou Mali…
– Ana Smah’TLek AssemhiLi
– Mir El Ghiouane
– Ya Men Tssalni
– Aâlache Ya L’Djafi
– Nesrou Dami Lebkar
– Raha
– El Ghalia
– Hedjouba
– Herraz Yamna
– L’Khessam
– Echemaâ
– Baâdh Enass Hbabi Dert’Houm
– ya El H’aoui Te H’oua Men Lali’He Settoua….Toueê Ya El Ghafel Werdjaâe Lel Ghni


Benslimane né à Fès. (XVIIIe siècle)

Un génie impétueux et prolifique du Melhun marocain disparu à un âge précoce (33 ans). Guendouz (élève) de Ben Ali puis du Cheikh Mohamed Ennadjar. C’est un poête hors norme, très doué mais impulsif…

Il est l’auteur de :

– Gamriate Lebroudj  A Yaqouta Fi Tadj, Ya Rym Kh’didja. Zorni Ya Lahd Edaroudj Aboussalef Khadoudj (Son 1er Qsid)
– Ya Saqi Baqi Nor Echemâana Ma Qarab Hesskatou, Ma Betna H’ada Chehal Ma Ghadarna Kissane…
(Juste après ce Qsid, Echrif Ben Ali son ancien maître, réplique avec “Ma doum El Hikma Léli Ma Qra Hrouf El Bali”)
– Ya EL Ghori fé Dénia Ma Tkoun Maghrour…
– Soli Solette Aâttouche, Ya Essif El Aâlaoui, Ma Sallete Bik A’Hle El D’jhaf, Ya Raya Bine Djiouche, Ya TeH’lil Essoltane.
– Ya H’le Ezzine El Fassi,(sidna,H’le Ezzine El Fassi) Safou BedjmaâKoum Ou Bay’âou Li Soltane El Machwar.
– La Tloumouni Fidhel Hal, Djite Nech’Had Wa Nwadi, Ya Aâdouli Fel Mout (Ana?) Sbabi Khal Fi Warda
– “Mersoul Fatma Ya Nassi, Beslem Siftou Loughzali, Djabli Meqyass…H’akda Menqouch”
(Benslimane l’avait composé alors qu’il avait à peine 20 ans !)
– Ya Talab Tiri Aâla Maâ Ettyour Ourrahou…
– Erraâd – “Ya sah Zarni Mahboubi Amess Kounte Sayem, Chah’da Qttaât We Djnit El Ward, Qalou Klit Ramdhane. MaH’djour Qoult Ma dari, Ya Hbib…Yeftar” (Son dernier Qsid)

 

Mohamed El Masmoudi poète marocain originaire du Tafilalet au XVIIème siècle, sous le règne du sultan Moulay Zidane. (neuvième sultan de la dynastie sâadienne de 1613 à 1628)

Il fut le disciple de Abdelaziz El Maghraoui.
El Masmoudi inventa une nouvelle formule de composition appelée “Goubahi”. En innovant dans la forme poétique, il a introduit une césure différente de celle de Abdelaziz El Maghraoui. La qacida chantée sur le rythme Goubahi se présente ainsi :

“Kef M’lamek Ya Layemni, Rabi Be’Aâchq Ezzine Blani”

Il est l’auteur de :

– EL Hifa
– Mir El Ghram (Goulou L’Yamna TeH’li Lel Aâthmani, Rofi Bel Aâchiq…)

Ce grand rénovateur, a aussi grandement élargi la palette thématique du melhun. C’est lui, dit-on, qui a écrit le premier « harraz » de l’histoire du melhoun. Ce nouveau thème a suscité un engouement immense chez les poètes jusqu’a nos jours, aussi bien au Maroc qu’en Algérie. Enrichi du « mbeYet », du «maksour Djnah », du « mchettab » et du « soussi- meqlouaâ », le melhoun marocain va susciter de grandes vocations et libérer le génie créateur des poètes marocains qui produiront ainsi des œuvres importantes !

Tout le Maghreb va savourer la poésie de grande qualité, des poètes comme :
Sidi Kaddour El Alami, M’hamed En-Nejjar, Benali Cherif, Mohamed Benslimane, Touhami Medaghri, El-Mernissi, El-Gherabli, Moulay Ali El-Baghdadi, …


Cheikh Medaghri Touhami

Le plus grand poète romantique du Melhun au Maroc.

Il était le compagnon du prince-poete Sidi Mohamed Ben Abderahman.  Le grand poête Touhami ben Ahmed el Medaghri est originaire de Amedaghra dans le territoire du Tafilalet, l’antique Sijilmassa, contrée du grand poète Abdelaziz El Maghraoui. Il est Né aux environs de 1787 (1215H).

Il aurait vécu une partie de sa vie à Fès.

Il est l’auteur de :

– EL BatouL
– Ghadar Kass Errah…
– Mel Men Qassem Qelbi Men Syouf Lechfar, Haz Aâqli Werma Dhati Bla Rdjouâa

Il est mort vers 1856 à l’âge de 59 ans.


Cheikh M’Thired Abdeldjalil El DjiLaLi  El marrakechi un grand poète rénovateur du XIIIe siècle.

Son oeuvre a constitué une nouvelle étape dans l’évolution du Melhun au Maroc. Il exerçait le métier de vendeur de légumes au marché de Marrakech…

Il est l’auteur de :

– El Fedjr Hab Nssimou Aâla Erriadh Tennasem
– Essaqi ” Essaqi Wekadh Leryem, Rod Balek Lennouba La T’ghib Aân Moula H’a Koub Ya Essaqi Rah Ellil”
– El Haraz
– Echemaâ
– El Fsada
– Dhif Allah Rod Ledjouab Essgha li…

IL mourut probablement au début du XIXe siècle.


Essoussi Mbarek originaire de Fès (XIXe siècle)

Il est l’auteur de chansons sensuelles très en vogue à l’époque, telle :
 “Youm EL DJemâa Kharjou Erryam”

– Charâa Allah Mâak Ya H’lal Ezzine
– Koul Nour
– Tal Tihanek Ya Mahboubi
– Saàdat El Qelb El H’ani
– Achki Ma H’énani, Ya Sidna...
– Lech Tebki Ya Men Djerhouk Lermeq



Cheikh Mohamed El Ennadjar (Moul Ennaâoura)

Est un grand maitre du melhun à Fès. (18-19 siècle) Il est né à Marrakech.

C’était l’élève et le beau fils du cheikh Djillali M’Tired.

Il est l’auteur de :

– EL Aârfaouiya
– Hali la Hala Men Ghram Sidi Rassoul Allah…
– Sir Anakkar Lehsane
– Ghedar Kassek Ya Ndim

Nedjar Mohamed était le contemporain de Ben Slimane, de Ben Ali et d’El Maghraoui.


EL Bourachidi Belkacem né à Fes (XVIII/XIXe siècle)

Auteur de :

– ” Hadjou Lefkar” (Khardjou Lebkar)

Au Maroc, cette qasida s’appelle  “SeLouania”.

Certains attribuent ce poème à cheikh Mohamed Enadjar.

Il est de coutume de retrouver des poèmes attribués a des poètes autres que leurs propres auteurs ! La transmission orale faisant parfois défaut. On admet que le Qsid “Ya Wassâa El Khzayène” attribué à AbdeLaziz El Maghraoui appartient à AbdeLaaziz EL Ouazani !

Hadj EL Baqali  (Mokhtar El Baqali) de Meknès.

Auteur de :

“Ma sbani weda 3aqli ghir el khed el ouerdi” (la Mecque) où il énumère 23 grands maitres de la poésie parmi lesquels de très grands poêtes maghrébins :

– Ben Ali,Baghdadi,El Maghraoui, Ennadjar, El Amiri, El Berri, El Masmoudi, El Alami, Ben Arous, Lakhdar (Benkhlouf), Ben Hamadi, Bna Mssayeb, Boulatbaq, El Mouaffaq, Berrahou, El Bouzidi, Aïssa de Laghouat, Lahmar, El Balaghi, Ben Hboub dit (Saâdi), Bessouiket et Ali Koura.

El Fqih Amiri Mohamed originaire de Meknès (XVIII/XIX).

Maitre de Kaddour EL Alami.

Il est l’auteur du fameux Tawassoul:

–  “Ya L’moula Nieêm El Mout’aâl, Dhou L’Djalali – Ya L’Maâboud Aâdhim Echane Fi El Maâli”

Benkhelouf Lakhal  de Mostaganem (XVIe siècle) appelé aussi Lakhdar.

Grand panégyriste du prophète auquel il a voue son art a l’exclusion de tout autre thème mis a part deux textes sur la bataille de Mazagran contre les Espagnols en 1558 et quelques autres poèmes prophétiques.

Son œuvre vieille de plus de quatre siècles est toujours vivante et connue dans le Maghreb. Son mausolée se trouve a Mzila, appelé aujourd’hui Sidi Lakhdar Ben Khelouf, à environ 60 km à l’Est de Mostaganem.

Il est l’auteur de :

– El Khazna El Kbira ” Loula Enta Ma Kan Khalaqna Mina Ettourabi…”
– El Khazna Essghira ” Ehssene Ma Youqal Aândi, Bismi Allah ou Bik Nebda”
– A Ya Saâdi Wa Farhti
– “El Kheïma”
– “Bit Ech’âar”
– “Ya Farès Men Tem Djit El Youm”
– “Ya Haïra Ftakri Lilet Maghdak”
– “Men Sabli H’edj H’oudj H’mar Yesswa Men El ‘Ibriz Mia”
– Khaddi Wniss Khadd Ennabi El Mokhtar
– Sid El Aâbad Mouhammadi...
– El Mout Tabâatni Wel Ard El Barda

Said EL Mendassi (Abou Othmane Echerif) poète tlemcenien du XVIIe exilé au Maroc vers 1650.

Fuyant les Ottomans, il se mit sous la protection du sultan alaouite Moulay Ismaïl dont il fut le précepteur. Son œuvre méconnue et pourtant très riche lui a valu une récompense de 25 livres d’or offerts par le premier des monarques alaouites Moulay Mohamed Ben Echrif pour une seule qacida, “El Aâ’QiQya” traduite d’ailleurs en français en 1901.

Connu dans le milieu du melhun maghrébin comme l’auteur de :

– La “Aâqiqiya” une longue qassida sur les lieux saints.
– Feth Mekka
– Kif Yenssa Qelbi
– Daoui Beline Edjrahi
– Tob Lelqalb Edouah, Yal Ghawthi Balak Tensani…
– Moudda Ch’hal Ya Dhél Marsam

Il est le maître de :

Bentriki
Masmoudi
Mohamed Bna Msyeb
Moulay Ismaïl…

Contemporain du XVIIe siècle.Il est mort centenaire, vers 1737 a SijiLmassa.

 

Ahmed Bentriki  grand poète de tlemcen (XVIIe siècle).

Elève de cheikh El Mendassi. Exilé au Maroc vers 1673.

Il est l’auteur de :

– Abouya Hnini Tab Qelbi Men Qoulette Lala

Cheikh Bettobdji Abdelkader de Mostaganem (19e-20e siècle)
Il est l’auteur de :

– Li ALLah Ya H’li A-âadhrouni Rani Nsa-Aâf Fel Mektoub, Naoui (in) N’cha’ Allah Enntoub”
– “Ah’ Ya Ouelfi” (Bit We Syah)

Son fils Lâaredj est lui aussi poète du melhun.

Ben Brahim Mustapha de Sidi Bel Abbès. (1800-1867)

Grand poète érotique du bédouin.

Quelques chansons du répertoire :

– “Lqit Anaya Khoudatt, Youm El Djemâa Kherdjou Zayratt El wali…”
– “H’ada El Youm S’îid Mbarek, FiH’ Wefitek Ya Yamina”


Cheikh Hadj Aïssa Laghouati. Né à Tlemcen en 1668 et mort en odeur de sainteté à Laghouat en 1739.

Très connu pour ses poèmes cynégétique (relatif à la chasse) et…religieux.

Il est l’auteur de :

– “Ana Bi Allah We Chraâ Tahder Aândi Ah’ Ya EL Hadi, Ki Nemed Hak Ma N’Khib, Sidi Mohamed El Hbib…”

Cheikh Ben Qbabti  (Mustapha Ben Qbabti), mufti malekite né à Alger en 1769.

Auteur de :

– “Men Ybat Y Râîi Lahbab”

Il est mort en exil au Caire en 1860.

Cheikh Ben Ismail (Mohamed Ben smaiL) algérois (1820-1870)

Il est l’auteur de “Frak Ben smaïl”

– “Ya ILahi Weltof Ya Del Krim Bia Tallet Eyam El Hidjra W’Enhyaw Ledjrah…”

Son fils Kouider est connu aussi comme poète.
Il est l’auteur d’un hymne à Sidi Sahnoun. (L’ancêtre de la famille)


Cheikh Ben Omar surnommé “EL Hadbi”(le bossu) est lui aussi algérois.

C’est l’auteur de :

– “TLata Zahwa Wemraha Men H’wa H’oum Mani Sahi…Rkoub El Khil Wel Bnat, Ou Kissane Errah.”

Il est mort vers 1898.

Abou Abdillah Mohamed Ben’Ahmed Ben’Msayeb est né vers la fin du 17ème siècle à Tlemcen.

Sa famille originaire d’Andalousie s’était installée à Tlemcen après la chute de Grenade, dernier royaume musulman d’Espagne.

A Tlemcen,le jeune Mohamed apprend à lire et à écrire. Il apprend le Coran, la grammaire et le fiq’h. Il doit tout abandonner pour aider sa famille. Il intègre un atelier de tissage. Sa poésie commencera avec Aicha qui venait souvent à l’atelier. Il en tombe amoureux. La plupart de ses poèmes lui sont dédiés !

– Aïcha, Ya Aïcha…
– Salef Aïcha

Bravant tous les interdits sociaux de l’époque, il écrivit des poèmes d’amour en son honneur.

– “Soltane El’Hob Ett’gha W’djar Aânni B’djich…”

– Kathrat Fel Hob Techwachi Men Aicha La îicha Wa La Fi Dhanni N’îich Rani Bel H’idjra Rechi”

Cela lui valut la haine de la famille de Aicha qui le repoussait à cause de sa pauvreté. La famille de la jeune fille va se plaindre aux autorités Et Benmsayeb est contraint alors de fuir au Maroc. A cette époque, vers la fin du 17ème siècle, Tlemcen était le centre d’affrontements continus entre les Deys ottomans et les souverains du Maroc. Le poète Ben Msayeb prend position pour les souverains du Maroc dans plusieurs poèmes, où il pleure la beauté et la gloire de la ville de Tlemcen tombée aux mains des ottomans.

Ben Msaib critiquait souvent la société et meme les gouverneurs de TLemcen de cette époque. Il eut des ennuis avec le gouverneur de TLemcen qui ordonna sa Capture et prononça son execution. Avant d’etre exécuté, Ben Msaib demanda une derniere faveur au gouverneur.
Il voulait faire ses ablutions et prier. Le Gouverneur accéda à sa demande.

Ben Msaib après ses prieres, composa la fameuse Qasida :

“Ya AhL Allah Ghithou EL MeLhouf”

La qacida est remise au gouverneur. Ce dernier apres l’avoir lu, décida de le gracier. c’est une tres longue qsida fiha 182 beyt.

Certains disent que Ben Msayeb a compose plus de 3000 qassayed !

Après son pélerinage à la Mecque, le poète changea complètement de registre. Il ne consacre désormais qu’à l’amour divin.

“lik Nechtki B’amri Ya L’wahdani Ya Krim Nettolbek Taâfou Aâliya…”

Il atteint un degré de ferveur et de piété Ce qui lui a permis de revenir à Tlemcen après de longues années d’exil. Il passa le restant de son existence dans les pratiques de dévotion et la crainte d’Allah.

Il mourut à TLEMCEN en 1190 de l’hégire (1776 de l’ère chrétienne). On l’enterra dans le voisinage du cheikh Essenoussî, dans le cimetière d’Aïn Ouazoûta .

Quelques Qassayed du cheikh Bna Msayeb :
– Ana El Ghrib
– Aâyiit Fi Qalbi Yosbor
– Hbibek La Tensah
– Ya Aâchaq Ezzine
– Yal Ouecham Dkhil Aâlik
– Wallah Ma N’sitek Ya Lilet El Barah
– Men Sab Mâa Elmlih Fardja
– Fel Mnam Ya Lesyadi, Zarni Hbibi L’Bareh Fel Mnam
– Men Ne’Houa Rouhi Ourahti
– Ya Qamat Ghosn Elyas
– Dkhil N’hasbek Ya Ould Ettir
– Fadh Elwahch Aâliya
– Mal Hbibi Malou, Ya Nassi Ghodh’Bane…
– Kif Aâmali Ouhilti, Limen Necht’ki Bi Dhel Amar
– Tal El Aâdab Biya
– Limen Nechki Bqorh Djmar Ghezali, Ah’ Yel Ghali…Essalf Ettouil
– EL Horm Ya Rassoul Allah
– Nar ouelfi,
– Rani H’mim H’ayem,
– Anaya Barani Ghrib
– Rabi Q’da
– Marit Fel Mlah “Nari w’qourhti We Sbeb El Qelb El Hzine Aï Sidi, AâmH’oudj Chaftou Aâïnya”
– H’adj Aâani wah’ch El Mahboub
– Mahboubi Zah’we El Khattar “Mawfachi Tolbi”
– Yal Ouahdani
– Zora Ya Aâchqine Zora

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Boumédiène Ben Mohamed BENSAHLA
naquit vers la fin du douzième siècle de l’hégire (18e siècle, après J.C) à TLEMCEN, dans la ruelle des Banî Djamla. (derb Banî Djamla) à proximité de “Saqqâyat as-sbâ”! (la fontaine des lions)

Mohamed BEN SAHLA et Boumédiène BEN SAHLA ?
ou
Boumédiène Ben Mohamed BEN SAHLA ?

Où est la vérité ?

On dit que le père de Boumédiène Bensahla était agriculteur de son état et qu’il n’a jamais été poète.
 
Boumédiène Bensahla était tisserand. Très tôt attiré par la poésie et le chant, il déclame son amour à la jeune Badra sa camarade de classe. Il apparaît dans ses premiers écrits comme un jeune homme séduisant, vif d’esprit et possédant le sens de la répartie.Il avait une mémoire prodigieuse puisqu’il avait appris par cœur de nombreux textes poétiques en particulier ceux de BEN MSAYEB.
 
Fatma était Une femme d’une grande beauté qui avait ravi son esprit et son coeur au point qu’il n’arrivait plus à ne dormir.
“A la suite de l’amour pour Fâtma l’élégante, les larmes ont coulé de mes yeux et j’ai pleuré !”
Dans un de ses poèmes “Nar H’ouakoum Fed’lil Tel H’ab Lh’ib”, il
déclare avec tristesse et regrets :
– “je n’aurais jamais cru qu’après avoir vu le soleil éclatant, mes yeux ne le reverraient plus”.
 
Cette métaphore, désigne la beauté légendaire de sa belle et bien-
aimée ! Boumediene Ben Sahla n’a pas aimé sans faire de vagues.
Son amour pour Fatma était devenu légendaire.Sa vie fut trouble. IL goûta, tour à tour à l’ivresse d’un amour tendre et désespéré et aux tourmentes d’un douloureux chagrin fait de larmes et de regrets. Il se résigna cependant à son sort…
Cet amour impossible poussa alors notre poète Boumédiène BEN SAHLA à se tourner vers d’autres conquètes ! Bensahla ne se contenta pas d’une seul amante.
Dans son poeme”Nabouni, Roudou EL Djwab” il énumère pas moins de trente belles tlemcéniennes qu’il aime avec un engouement sans pareil ! Il a vraisemblablement consacré toute sa vie à la contemplation de toutes les belles femmes de son époque.

Et c’est ce fameux poeme”Nabouni Radou EL Jwab” qui lui a valu une grande réprobation car il finit dans l’un des cachots d’Oran.
Badra, la favorite du gouverneur insista pour qu’il fut libéré…
 
Par gratitude, il composa alors deux poèmes à son intention :
– “Wahd El Gh’zal”
– “Dhaq amri”

Libéré, il revint à Tlemcen.
Il composa aussitôt “Be Erryam Sâadete Lyam” qui lui apporte le
réconfort nécessaire et la paix ! Ben Sahla consacra une quarantaine de poesies à “Fatma” son grand amour !

– “Youm EL Khmis Wach Edani”
– “Kifach Hilti”
– “Fat Châar El Qamra”
– “Ya Tamou”
– “Ya Msalmin, Qelbî lyoum Zad H’bal”
– “Ya El Wahed Khalek El Îbad”
– “Limen Nechtki”
– “Kif Âamali”
– “Oueld Ettir”
– “M’dhebel Lâayan”
– “Sidi men Yssel Âala Kahl El Âayn”
– “Nar H’wakoum Lah’ab”

Boumédiène Bensahla mourut, vers les débuts du 13e siècle de l’hégire. (18e siècle) Il s’éteignit donc célibataire malgré ses nombreuses conquêtes amoureuses et ce fut l’échec de son amour pour Fatma dont il ne put conquérir le cœur, qui en fut la cause principale.

Son tombeau se trouve près de celui du cheikh Essenouci.

A la fin de sa vie, Bensahla, plein de dévotion, composa :

– «Baghi N’djaour El Mustapha»
et
– «Selem Âala Tah’a El Qoraïchi»

Quelques autres poèmes célèbres du poète

1- “Khattri Bel Djfa T’âa-dheb” (Sid Ettaleb) – genre Ârroubi
2- “Wahd El Gh’zal Rit El Youm”
3- “Nar H’ouakoum Fe D’lil Telh’ab Lh’ib”
4- “AâYit Fi Qalbi En-Sabar”
5- “Ya Rqiq El Hadjeb “
6- “Nar H’Wakoum Lah’ab”
7- “Aêyit En Wassi Fik”
8- “Laou Ma L’Fdhoul Ya Âadjbi Ouach Eddani”
9- “Nabouni Roudou L’djouab”
10-“Dâq Amri Ou Tal Nekdi”
11-“Ma Ândi Merssoul Youssal Zin El-Mthoul”
12-“H’ani Mah’moum men Ghramek, Ma Nesstrah Ya Raysset Lemlah”
14-“Tkheyel Hasbek Ya Oueld Ettir”.
15-“Charê Allah Ya Lahbab”
16-“Ach Merssoul”
17-“Lemta Yeh’na Qelbi Ou Lemta Yestrah”
18-“Ya Dhaou Âayani”
19-“Berryam sâadat Lyam” .
20-“Dhaq Amri, Ya Rabi Âlm El Kh’fya” (La T’Khayeb Dhani Ya Moqtadir)
21- “Kif Hilti Ya Sadat”
22- “Nerslek Lemdhebl El Âyan Ya L’werchane”

 

Harem

 

J’avais négligemment omis de citer le Grand poète Boumédiène Bensahla et ce fut notre Hamoud qui m’en fit la remarque. Qu’il en soit remercié…

Par la même occasion, les deux Qsid de Bensahla et malencontreusement attribués à Ben M’sayeb ont été remis à leur place…

 

Amicalement.

Kamel
Veuillez mentionner je vous prie, le site “https://goutdemiel.com”, en cas de recopie partielle ou totale de l’article. (texte et/ou photos) Je ne suis pas l’auteur de ces photos mais j’en ai la paternité. La transcription de certains passages, la recherche assidue (pour éviter, la facilité du “copier/coller”) et la mise en page, ont demandé des efforts à l’auteur.Veuillez en tenir compte…

Malgré cette mise en page amicale, certains ne se gênent nullement pour faire du copier-coller pour aller se pavaner sur d’autres pages avec le travail d’autrui ! N’est-ce pas “halkoma” ? (http://dafina.net/forums/read.php?49,191926,210646#REPLY)

Vu 72296 fois par 18074 visiteurs

Au fil des jours
juillet 2019
D L M M J V S
« Mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Articles récents
Commentaires récents
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52