deficarnage | Coeur en émoi

Articles avec le tag ‘carnage’

“J’achèterai tout”, a dit l’or !
“Je prendrai tout”, a dit l’épée !

(A.POUCHKINE) L’or et l’épée.

 
 
L’émirat de Bahreïn, le plus petit état du golfe (741 km2) est un petit archipel faisant face au littoral saoudien. La famille Al-Khalifa prend le pouvoir en 1783 et chasse l’occupant Iranien. Sa population avoisine 1,2 million d’habitants dont seulement la moitié sont des natifs du Bahreïn et plus de 70% de ceux-là sont chiites. Toutes les forces de sécurité de la monarchie, 60 000 hommes sont des sunnites.
 
 

 
En 1973, le souverain promulgue une Constitution instituant une Assemblée nationale composée de 30 députés et 14 ministres.
 
Les 30 députés :
 
– Les membres élus (14 chiites, 8 sunnites)
– Les membres nommés (3 chiites, 5 sunnites)
 
Les 14 ministres :
 
– Les membres de droit (4 chiites, 8 sunnites)
– Les membres élus (1 chiite, 1 sunnite)
 

S’étant opposée frontalement à l’Emir, celui-ci décide alors de la dissoudre dès 1975 et proclame l’état d’urgence dans le pays. Le vieil émir Issa Ben Salman Al-Khalifa meurt en 1999 et le nouvel émir Hamad Ben Issa Al-Khalifa se fera sacrer roi en 2002 en transformant le vieil émirat en monarchie constitutionnelle afin de garantir sa propre suprématie…
L’oncle du roi, Khalifa ben Salman al-Khalifa ( âgé de 75 ans) occupe le poste de premier ministre depuis le 19 janvier 1970.
C’est un farouche opposant à toutes les réformes.
 
 
Le Bahreïn depuis 1970, avait parié sur la banque, l’aluminium, la réparation navale et l’aviation mais Dubaï, habitué à l’économie de concurrence, avait fini par l’emporter sur son voisin miné par le commerce du monopole.
 
Août 1975, la suspension de la Constitution, c’est le signal de la répression.
En 1979, la révolution iranienne a des répercussions chez les chiites de Bahreïn.
– L’année 1980 est marquée par de violents soubresauts (émeutes d’avril).
– En décembre 1981, la police affirme avoir déjoué un complot inspiré par Téhéran.
 

Comme toujours dans l’histoire de Bahreïn, les revendications communautaires des chiites, les exigences sociales et les aspirations politiques se succèdent et se confondent avec les vieilles hantises de la monarchie dont la paranoïa anti-chiite a largement été alimentée par le voisin saoudien, qui craint sa propre minorité chiite opprimée !

 
 

 
La monarchie ne cache pas ses visées anti-chiites : la nuit, les bulldozers sont lâchés, dans les villages, contre les mosquées chiites et les hussainiyas, 27 mosquées ont d’ores et déjà été rasées dont une qui a plus de 400 ans d’histoire !
 
Le gouvernement comme à son habitude, utilise la répression, sous la houlette du général Ian Henderson, un septuagénaire britannique, qui ayant toute la confiance de l’émir, supervise les services de sécurité depuis plus de vingt ans !
 
Le Conseil de Coopération du Golfe a assuré les autorités de Bahreïn de son soutien.
 
Les manifestations populaires n’ont été définitivement étouffées qu’avec l’arrivée, le 15 mars dernier, de 1500 hommes (1000 soldats saoudiens et 500 policiers émiratis) envoyés par le «CCG» (Bahreïn, le Qatar, Oman, le Koweït, l’Arabie saoudite et les émirats arabes unis) sous le regard quasi indifférent des autres pays arabes.
 
Les États-Unis, l’Union Européenne et l’ONU ont exhorté les monarchies du Golf à faire preuve de retenue et à respecter les droits des populations.
 
Faut-il rappeler que les États-Unis ont choisi ce royaume pour y « baser » la cinquième flotte de l’US Navy et permettre ainsi à leurs soldats de surveiller les routes maritimes empruntées par les pétroliers, de soutenir les opérations en Afghanistan et de contrer une éventuelle menace émanant de l’Iran !
 

Accusé par Israël et les États-Unis pour ses ambitions nucléaires, l’Iran soucieux de se rapprocher de ses voisins du Golfe, montre un profil bas sans pourtant baisser les bras ! Puis par prudence, le régime iranien circonspect semble vouloir éviter le piège de la provocation qui risquerait à court terme d’embraser toute la région pour le plus grand bonheur d’Israël et de ses alliés inconditionnels
 

Et c’est le régime ALAOUITE félon et sanguinaire syrien (une secte chiite hétérodoxe, considérée comme non musulmane par les tenants de l’orthodoxie sunnite.) un allié confessionnel de l’Iran, qui se chargera de la vendetta, conforté dans sa démarche criminelle par la Russie et la Chine, deux régimes autocratiques !
 

La famille de Bach’ar El (F)Assad et le Hizb El Baâth laveront cet affront en réprimant durement les villes, villages et mosquées sunnites !
 
 

 
La répression des manifestations anti-gouvernementales a fait selon l’ONU plus de 2.600 morts depuis mars. Le Golan peut toujours attendre…
 
La loi du talion, sous les yeux médusés de tous les pays arabes !
 
 
Le trio Iran, Syrie et Hizb Allah, viennent de défier ouvertement le monde arabe !
 
 
La ligue arabe bégaie dans la confusion de ses balbutiements idéologiques…
 

Le CCG est à court d’argument mais l’Arabie Saoudite et le Qatar participent quand même au carnage en Libye ! La couverture médiatique est généreusement assurée par le Qatar (El Djazira)à la manière de CNN lors de l’agression contre l’Irak ! Quant aux autres frais, ils sont à la charge du CCG !
 

Après la Libye, à qui le tour ?
 
 
A ces frères ennemis, il ne faut jamais tourner le dos !
 

Vu 14351 fois par 3288 visiteurs

Au fil des jours
juin 2019
D L M M J V S
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Articles récents
Commentaires récents
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52