defiargent | Coeur en émoi

Articles avec le tag ‘argent’

Cela n’arrive qu’en Algérie…
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amour pressant

Pour lui montrer tout son amour, elle lui envoie un SMS :
 
Mon amour,
Si tu es en train de dormir, envoie-moi tes rêves !
Si tu es en train de rire, envoie-moi tes sourires !
Si tu es en train de pleurer, envoie-moi tes larmes !
Je t’aime…
 
Il lui répond:
 
Chérie,
Je suis aux toilettes !
?????
Je t’envoie quoi ?
 
 
C’est pas beau l’amour, hein ?
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Supercherie
 
Homme: Ah, depuis le temps que j’attends ça !
Femme: Tu veux que je parte ?
Homme: Non. Je n’ose même pas y penser.
Femme: Tu m’aimes ?
Homme: Bien sûr : Énormément !
Femme: Tu m’as déjà trompée ?
Homme: Non ! Pourquoi demandes-tu ça ?
Femme: Tu veux m’embrasser ?
Homme: Chaque fois que j’en aurai l’occasion.
Femme: Tu me battras un jour ?
Homme: Tu es folle ? Jamais de la vie
Femme: Je peux te faire confiance ?
Homme: Oui
Femme: Oh, mon chéri !
 
===> Relisez maintenant le texte de BAS en HAUT
 
 
Ces fesses affaissées méritent une fessée !
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il lui faut du temps…
 
C’est un monsieur qui vit seul. On lui conseilla d’adopter un animal de compagnie.  Il se mit alors à rechercher un animal peu commun…
 
On lui proposa certaines espèces et il se décida pour un mille pattes.
Une bestiole avec 1000 pieds, c’est vraiment hors du commun !
 
Il emporta son mille pattes dans une petite boîte blanche avec des
feuilles et du coton, qu’il prit soin de placer dans un coin tranquille, à l’abri de la chaleur.  Il se dit alors que la meilleure chose à faire pour fêter son arrivée,  serait de l’emmener avec lui au cinéma.

 
Alors il demanda à son mille pattes : « tu veux aller avec moi, au cinéma ? »
Aucune réponse ! Ce qui l’énerva un peu !
Il attendit un peu, puis redemanda :  « bon alors, tu viens avec moi au cinéma, oui ou non ? »
Mais toujours aucune réponse…
Il attendit encore un peu, se demandant pourquoi son petit mille pattes ne lui répondait pas !

Terriblement agacé, il le relança : ALORS, C’EST QUOI TON PROBLÈME ?!?! »
 
Soudain, une petite voix sortant de la boîte, lui dit :
 
MINCE ALORS, J’AI COMPRIS ! LAISSE-MOI LE TEMPS DE METTRE MES GODASSES !!!
 
 
Système « D » (SitCom – Tach Ma Tach)
 
 

 
 
Il n’y a pas de plus stupide que la stupidité ! (Forrest GUMP)
 
L’intelligent propose au  stupide un jeu dont voici les règles :
Ils vont se poser à tour de rôle des énigmes !
 
– Si le stupide ne sait pas répondre,  il paye 01 Da  à l’autre !
– Si c’est l’intelligent qui ne sait pas répondre, il paye 1000 Da parce qu’il est
intelligent  et c’est plus équitable !
 
L’intelligent commence:
– « Qu’est ce qui a 4 pattes et qui miaule ? »
– J’ sé pa, tiens vala 01 Da
– « Qu’est ce qui a 4 pattes et qui aboie ? »
– J’sé pa, tiens vala 1 Da

Allez dis quelque chose toi aussi, demande l’intelligent au stupide.
Euh…Bon :
– « Qu’est ce qui a 8 pattes le matin et 4 le soir ? »
L’intelligent réfléchit, réfléchit, il réfléchit pendant une heure mais ne trouve pas, et se trouve contraint de donner sa langue au chat :
– « Je ne sais pas ! »
– « Tiens, voilà tes 1000 Da!
-« …. Alors c’était quoi ?? »
 
–  » Heu, j’sé pa, tiens vala 1 Da ! »
 
 
Oust !
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mariage et jouissances…
 
Un riche banquier juif va marier son fils.
La veille des noces, il prend le jeune homme à part pour une conversation en tête à tête.
– Simon, mon fils, je réalise que je ne t’ai jamais parlé de la vie ! Dès demain, tu seras avec ta femme, il faut quand même que tu saches certaines choses. Tiens, tu connais les doigts de la main ?
– Mais bien sûr, papa ! Il y a l’index, le majeur, le…
– Non, non, l’interrompt le banquier. Ce n’est pas ça ! Il y a le doigt du voyage, celui de la direction, celui de la jouissance, celui du mariage et enfin celui de la distinction.
– Ah bon ?
– Je t’explique, Simon, mon fils.
Le doigt du voyage, c’est le pouce ! Il te permet de faire du stop.
– D’accord papa !
– Le doigt de la direction, c’est l’index ! C’est celui que tu tends quand tu veux montrer quelque chose.
– Ok !
– Le doigt du mariage, c’est l’annulaire ! C’est là que tu vas passer ton alliance, Simon, mon fils.
– Oui papa !
– Et le doigt de la distinction, c’est l’auriculaire, parce qu’il faut le lever quand on boit une tasse de thé.
– Compris, papa !
Mais papa tu as oublié le doigt de la jouissance !
– Je gardais le Meilleur pour la fin, Simon, mon fils.
Le doigt de la jouissance, c’est le majeur.
 
C’est le plus beau, c’est le plus long !
 
Pour la jouissance, ce doigt, tu le mouilles dans ta bouche, et…tu comptes les billets, mon fils !

 
 
C’est maintenant que tu te rappelles que j’existe ! Et tu veux que je vote pour toi ?
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ils y en a d’autres : Noumeyri, Fahd, El Bachir…
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vu 31232 fois par 5897 visiteurs

Innocence !
Un Belge dit à un de ses amis :
– Ils se moquent vraiment du monde à Air France ! L’autre jour j’ai pris un de leurs avions et j’étais assis à côté d’une jeune femme avec son bébé. A un moment donné, l’hôtesse est venue et lui a dit:
– « Madame, votre bébé est tout mouillé, je vais vous le changer… »
Quand elle l’a ramené, je n’ai rien dit mais j’avais tout de suite vu que c’était le même bébé !
 
Caustique
Un type souffre d’une particularité pas très ragoûtante : il pue des pieds de façon épouvantable. Il a beau se laver à la soude caustique, se désodoriser à la Javel, se couper les ongles au fer à souder, rien n’y fait : il a une infection ! Alors il n’a pas beaucoup de chance avec les filles.
Pas loin de là, il y a une fille qui pourrait lui plaire. Elle, son problème, c’est son haleine nauséabonde ! Elle se brosse les dents avec de la paille de fer, se les passe au savon noir, se fait des bains de bouche avec le numéro 5 de Chanel mais impossible de se débarrasser de ses maudits relents d’égout !
Un jour d’hiver, la chance leur sourit :
Enrhumés l’un et l’autre, ils se rencontrent et c’est l’amour fou. Ils prennent l’avion et vont se marier à Las
Vegas. Nuit de noces, tralala…
Le lendemain, parmi les vêtements épars, ils s’avouent tout
Elle :
– « Chéri, il faut que je t’avoue quelque chose de pas très glorieux… »
– « Ne dis rien ma chérie, j’ai deviné, tu as avalé mes chaussettes ! »
 
Histoires de femmes !
Les inventions de l’homme, ont été perverties par la femme…

L’homme a découvert les armes, il a inventé : la chasse.
La femme a découvert la chasse, elle a inventé…les fourrures !

L’homme a découvert les couleurs, il a inventé : la peinture.
La femme a découvert la peinture, elle a inventé…le maquillage !

L’homme a découvert les mots, il a inventé : la conversation.
La Femme a découvert la conversation, elle a inventé…le bavardage !

L’homme a découvert le jeu, il a inventé : les cartes.
La Femme a découvert les cartes, elle a inventé…la sorcellerie !

L’homme a découvert l’agriculture, il a inventé : la nourriture.
La Femme a découvert la nourriture, elle a inventé…le régime !

L’homme a découvert l’amitié, il a inventé : l’amour.
La Femme a découvert l’amour, elle a inventé : le mariage !

L’homme a découvert la femme, il a inventé : le sexe.
La Femme a découvert le sexe, elle a inventé…la migraine !

L’homme a découvert le change, il a inventé : l’argent.
La Femme a découvert l’argent, elle a inventé…la faillite !
 
Ah, les femmes !
Entre 16-19 ans, la femme est comme l’Afrique :
– Chaude et inexplorée.
Entre 20-35 ans, la femme est comme l’Asie :
– Mystérieuse et exotique.
Entre 36-45 ans, la femme est comme l’Amérique :
– Déjà bien connue mais encore belle et très généreuse.
Entre 46-55, la femme est comme l’Europe :
– Traversée de long en large, fatiguée avec des endroits intéressants.
Entre 56 ans-70, la femme est comme l’Australie :
– Tout le monde sait où c’est mais personne n’y va !
 
Encore les femmes !
une femme de 20 ans est comme un ballon de rugby, 30 hommes lui courent après !
une femme de 30 ans est comme un ballon de foot, 22 hommes lui courent après !
une femme de 40 ans est comme un ballon de basket, 10 hommes lui courent après !
une femme de 50 ans est comme une balle de base-ball, 1 homme lui court après !
une femme de 60 ans est comme une balle de tennis, chaque homme la renvoie à l’autre !
une femme de 70 ans est comme une balle de golf, on l’envoie au trou !
 
Toujours les femmes…
Agée de 08 ans, vous l’emmenez au lit et lui racontez une histoire.
Agée de 18 ans, vous lui racontez une histoire et l’emmenez au lit.
Agée de 28 ans, pas besoin d’histoire pour l’emmener au lit.
Agée de 38 ans, elle vous raconte une histoire et vous emmène au lit.
Agée de 48 ans, elle vous raconte une histoire pour éviter d’aller au lit.
Agée de 58 ans, vous restez au lit pour éviter son histoire.
Agée de 68 ans, si vous l’emmenez au lit, ce sera toute une histoire !
Agée de 78 ans, quelle histoire ? Quel lit ? Qui êtes-vous ?

Vu 20222 fois par 4007 visiteurs

Il y avait, jadis, dans un pays lointain, un pauvre homme qui pour pourvoir aux besoins de sa petite famille, traversait parfois de très grandes contrées ! Il ne refusait aucune besogne ! Un jour, alors qu’il se reposait sous un arbre, il fut surpris par un bruit sourd, tout près de lui…il se releva et aperçut, là tout près, sur l’herbe, un petit oiseau, avec de jolies plumes colorées… Il le prit tout doucement, dans sa main et crut que le volatile était mort, si ce n’est, les quelques faibles soubresauts de ses petites pattes ! Il le reposa, délicatement sur l’herbe puis lui humecta le bec de quelques goutelettes d’eau…Il lui semblait alors que le petit oiseau reprenait des forces ! Ce qu’il est beau ! Mais que faire de lui ?
Il doit chercher du travail et cet oiseau n’arrangeait pas ses affaires… Il est encore faible, il ne peut pas l’abandonner ainsi ! Il se fera sûrement dévorer ! Plongé dans ses réflexions, le pauvre homme ne sut que faire ! Un homme vint à passer par là… Il l’interpela :
–  » Eh, salut mon brave ! disait-il ne voudrais-tu pas te charger de cette superbe créature ? Tiens, voilà disait-il, je te l’offre !  » Le pauvre bougre hocha la tête, en signe d’impuissance…
–  » Tu vois, mon frère, je suis aussi pauvre que toi et je ne pourrais jamais m’occuper de lui ! Va plûtot voir du côté du palais, j’ai entendu dire que le Sultan est un brave homme qui aime la nature et en est un vaillant défenseur ! Il le mettra sûrement dans sa merveilleuse volière ! « 
– » Tu n’auras qu’à suivre ce petit sentier et derrière ce monticule, tu verras le palais du Sultan. « 
Notre ami se mit en route et finalement se retrouva devant l’entrée du palais…
Il se fit rabrouer sans ménagement par les gardes :
–  » Allez dégage, manant ! Ta place n’est pas ici ! « 
Il insista pour voir le sultan, et ce vacarme attira le chef de garde :
– » Voilà, lui dit-il, je dois voir le Sultan ! J’ai grand besoin de le voir et il a besoin de moi !  » Craignant le courroux du sultan, il l’introduisit dans le palais…
–  » Quoi, fit le sultan, tu as dit que moi, j’ai besoin de toi ?! « 
–  » Noble seigneur, votre magnanimité et votre perspicacité sont devenues une légende ! Pour moi, le seul moyen de vous voir, c’était de ruser… »
–  » Bien, dit le sultan et quel est le but de ta visite ? « 
–  » Voyez mon seigneur, cette petite créature, ne survivrait pas avec moi ! Je suis si pauvre que j’aurais beaucoup de peine à la nourrir ! Vous êtes un homme de grand coeur et je me suis dit que vous saurez, lui assurer, gîte et nourriture… »
–  » Tu as, toi aussi, une âme généreuse puisque tu n’as pas hésité un instant, à braver tous les dangers pour me voir et sauver ce petit être si frèle d’ un danger certain ! Cette compassion mérite une récompense ! « 
–  » Tiens, prends cet argent ! Je suis sûr que tu sauras l’utiliser à bon escient ! Des gens comme toi mon brave, se font rares ! Ravi, le pauvre homme salua le sultan ! La petite bourse bien au chaud, dans sa poche, il s’apprétait à quitter les lieux, lorsqu’il entendit des chuchotements aux alentours… Il sut alors, que quelque chose d’insolite se tramait à son insu ! Le sultan le fit rappeler… Il suffisait de voir, les yeux malicieux des proches du sultan pour se rendre compte qu’il y avait de la conspiration dans l’air ! La bourse qu’il venait de recevoir a, bien sûr, attisé la convoitise et la cupidité de certains…
–  » Oui, mon seigneur ! « 
–  » Dis-moi, mon brave, lui dit le sultan d’une voix mal assurée, l’oiseau que tu viens de ramener, est-ce une femelle ou un mâle ? Le pauvre homme est certain, maintenant que l’entourage du sultan est véreux et que ce changement dans l’atitude du sultan est un signal fort quant à leur capacité de manipulation et de nuisance !
–  » Sire, dit-il, je ne saurais vous en donner, une formelle assurance mais ce qui est évident pour moi, c’est que si c’est une femelle, elle ne prendra aucune décision sans en référer à son entourage de peur de se tromper ! Et, si c’est un mâle, alors il saura se débrouiller tout seul sans l’aide de personne !
Appréciant à sa juste valeur l’allusion, le sultan, dans un sursaut d’orgueil et évitant de paraître aux yeux du paysan, comme un pantin que l’on manipule à loisir, lui dit :
–  » Tiens, tu mérites assurément une autre bourse d’argent pour la finesse de ton esprit et la justesse de tes mots !
Parfois, un mot simple peut nous tirer d’embarras ou causer notre perte…

Vu 16072 fois par 3438 visiteurs

Au fil des jours
août 2018
D L M M J V S
« Mar    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Articles récents
Slideshow
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52