defiamour | Coeur en émoi

Articles avec le tag ‘amour’

Ma vie, c’est comme un doux nuage à l’horizon de tes printemps !

Je suis le zéphyr de tes espérances et la brise matinale de tes espoirs…

Je suis le sourire radieux sur les cimes hautaines et la caresse du vent sur ta chevelure si soyeuse…

Je suis cette chaleur réconfortante contre laquelle se blottirait le petit oisillon apeuré sur les sentiers d’un hiver rigoureux…

Je suis cette lueur sur les rivages d’une mer apaisée où les mouettes viennent jouer avec nonchalance…

Tu es cette fabuleuse sirène sous les flots des océans qui fait chavirer les navires et les cœurs des hommes subjugués par l’ivresse de ton charme enivrant…

Tu es la délicatesse de cette fleur qui étale ses pétales dans la floraison des saisons…

Tu es la femme et le baume de toutes les blessures que ton sourire narquois guérit…

Tu es ce songe mirifique qui séduit les cœurs désespérés dans la moiteur d’une longue nuit hivernale…

Donne-moi ta main !

Viens, allons ensemble vers l’île des mille promesses !
L’île des illusions perdues, le refuge des amours naissantes…

Viens…

 

 

Vu 33877 fois par 7927 visiteurs

 
Sable chaud et chaleur torride
Terre interdite et corps avide
 
Sol volcanique et sens dispersés
cœur angoissé et larmes versées
 
limon fertile et récolte austère
L’eau s’écoule, terre en jachère
 
Incandescence et grande décence
Effervescence et finesse des sens
 
Terre en ébullition, piété et ferveur
Grande érudition, aucune saveur
 
Sublime offrande, grand sacrifice
Plaisir des sens, sans aucun vice
 
Rituel de cette chair, cœur épris
Désir amoureux, cœurs meurtris
 
Terre noble profanée, terre d’exil
Terre souillée, intense désir servile
 
Rustre imbu de sa personne
Ignore la rose qui l’affectionne
 
Frustrations, rancœurs fades
Brimée, délaissée, cœur malade
 
Humiliation, douleur à bas prix
réclusion morale dans le mépris
 
Fragrance subtile, fleur fanée
Douceur amicale, nouvelle année
 
Renaissance, regain, vitalité
Amour, désir, sentimentalité
 
Mes mains sont sur tes hanches
ton corps résiste et flanche
 
 

Vu 16806 fois par 3998 visiteurs

Et passe le temps de nos amours
De nos chagrins, de nos douleurs muettes
les refrains de nos confidences
Et les chansons de nos plus beaux jours
sur un air de fête
on s’amuse et on danse
l’espace d’une musique qui passait…

J’aimais tant me reposer à l’ombre
de tes cheveux sombres
sous le mascara de tes cils
et sentir le nirvana dans la douceur
de ce corps gracile  
au rythme de ton coeur
l’espace d’un battement qui passait…

Je fredonne ton nom à mi-voix
avec amour, avec tendresse
sous le crépuscule qui s’effaçait
un clair de lune renvoie
l’éclat des étoiles en liesse
sous un ciel à peine froissé
l’espace d’une nuit qui passait…

Non, je n’ai jamais oublié
la fougue de nos étreintes
les morsures et les meurtrissures
fragile page d’un amour publié
sur les rides d’une passion éteinte
par le poids des années qui rassure
l’espace d’un amour qui passait…

Vu 23028 fois par 4416 visiteurs

 
Ô vent, viens éparpiller de ton souffle vital
l’ombre de mes pensées sur des rives fécondes
loin de cette contrée ténébreusement létale
sous des cieux plus cléments où l’amour abonde !
 
Faut-il que dans les limbes, meure mon espoir
dans ton bonheur qui efface ma douce lumière ?
Faut-il alors souffrir de ce sourire d’un soir
d’été où ton regard juvénile fuit ma prière ?
 
Mon cœur désabusé, dans sa profonde ivresse  
chute du fabuleux trône du royaume de l’amour
et lance au ciel effaré, son cri de détresse
frémissant au rythme de ma douleur à ce jour
 
Euphorie lointaine d’une illusion perfide
ainsi les saisons de nos fragiles émotions
sèment dans le champ de cette terre algide
la vraie chaleur de son intense désolation
 
Véritable joyau dans la solitude d’un cœur
que la douceur d’un amour volatile enivre
La lune scintille en offrande à ce bonheur
pris par la nuit opaque que l’astre délivre!
 
Quel joli rêve que ton doux regard matinal
voile de tendresse pour une tendre romance
telle une offrande que ce sentiment virginal
sacrifié à l’autodafé du déni et du silence.
 
J’attendrais qu’une aube naissante vienne
délivrer l’innocence égarée de ta jouvence
et que l’écho de ces cris te parviennent
serais-tu le Bien qui fait mal à mes sens ?
 
 

Vu 21989 fois par 4153 visiteurs

 
Je voudrais pour toi, construire sur la plage
sous les regards des barques près du petit port
un palais de rêve avec de si jolis coquillages
où le murmure des vagues caressera ton corps
 
Les mouettes dociles, iront au gré du zéphir
célébrer le printemps de notre amour naissant
L’albatros indolent regardera le temps s’enfuir
sur les lueurs opales d’un couchant rougissant
 
La mer éblouie par la splendeur de ton visage
est bercée par ton chant à l’ombre du gourbet
Le ressac sur les galets polis près du rivage
traçait sur l’écume le fil de tes pas embourbés
 
La dune évasive regarde cette immense étendue d’eau
La lune rieuse de son flot argenté dissipe ton ennui
La passion vers son île, nous emporte sur son radeau
Douce effusion complice, dès la tombée de la nuit…
 
Nous irons dans la féérie des profondeurs abyssales
loin des regards envieux, dans cette eau cristalline
Au rythme de la clepsydre s’écoule l’éternité virginale
où nous goûterons à la frénésie de cette union divine…
 
Sur les ailes de mon inspiration de l’aurore vermeille
embaumée du parfum de rosée dans les mystères du bonheur
Tu es le délice des sens, ma sublime image et ma merveille
Les étoiles jouent sur les flots de tes jolis yeux rieurs.
 
 

Vu 20131 fois par 3643 visiteurs

Innocence !
Un Belge dit à un de ses amis :
– Ils se moquent vraiment du monde à Air France ! L’autre jour j’ai pris un de leurs avions et j’étais assis à côté d’une jeune femme avec son bébé. A un moment donné, l’hôtesse est venue et lui a dit:
– « Madame, votre bébé est tout mouillé, je vais vous le changer… »
Quand elle l’a ramené, je n’ai rien dit mais j’avais tout de suite vu que c’était le même bébé !
 
Caustique
Un type souffre d’une particularité pas très ragoûtante : il pue des pieds de façon épouvantable. Il a beau se laver à la soude caustique, se désodoriser à la Javel, se couper les ongles au fer à souder, rien n’y fait : il a une infection ! Alors il n’a pas beaucoup de chance avec les filles.
Pas loin de là, il y a une fille qui pourrait lui plaire. Elle, son problème, c’est son haleine nauséabonde ! Elle se brosse les dents avec de la paille de fer, se les passe au savon noir, se fait des bains de bouche avec le numéro 5 de Chanel mais impossible de se débarrasser de ses maudits relents d’égout !
Un jour d’hiver, la chance leur sourit :
Enrhumés l’un et l’autre, ils se rencontrent et c’est l’amour fou. Ils prennent l’avion et vont se marier à Las
Vegas. Nuit de noces, tralala…
Le lendemain, parmi les vêtements épars, ils s’avouent tout
Elle :
– « Chéri, il faut que je t’avoue quelque chose de pas très glorieux… »
– « Ne dis rien ma chérie, j’ai deviné, tu as avalé mes chaussettes ! »
 
Histoires de femmes !
Les inventions de l’homme, ont été perverties par la femme…

L’homme a découvert les armes, il a inventé : la chasse.
La femme a découvert la chasse, elle a inventé…les fourrures !

L’homme a découvert les couleurs, il a inventé : la peinture.
La femme a découvert la peinture, elle a inventé…le maquillage !

L’homme a découvert les mots, il a inventé : la conversation.
La Femme a découvert la conversation, elle a inventé…le bavardage !

L’homme a découvert le jeu, il a inventé : les cartes.
La Femme a découvert les cartes, elle a inventé…la sorcellerie !

L’homme a découvert l’agriculture, il a inventé : la nourriture.
La Femme a découvert la nourriture, elle a inventé…le régime !

L’homme a découvert l’amitié, il a inventé : l’amour.
La Femme a découvert l’amour, elle a inventé : le mariage !

L’homme a découvert la femme, il a inventé : le sexe.
La Femme a découvert le sexe, elle a inventé…la migraine !

L’homme a découvert le change, il a inventé : l’argent.
La Femme a découvert l’argent, elle a inventé…la faillite !
 
Ah, les femmes !
Entre 16-19 ans, la femme est comme l’Afrique :
– Chaude et inexplorée.
Entre 20-35 ans, la femme est comme l’Asie :
– Mystérieuse et exotique.
Entre 36-45 ans, la femme est comme l’Amérique :
– Déjà bien connue mais encore belle et très généreuse.
Entre 46-55, la femme est comme l’Europe :
– Traversée de long en large, fatiguée avec des endroits intéressants.
Entre 56 ans-70, la femme est comme l’Australie :
– Tout le monde sait où c’est mais personne n’y va !
 
Encore les femmes !
une femme de 20 ans est comme un ballon de rugby, 30 hommes lui courent après !
une femme de 30 ans est comme un ballon de foot, 22 hommes lui courent après !
une femme de 40 ans est comme un ballon de basket, 10 hommes lui courent après !
une femme de 50 ans est comme une balle de base-ball, 1 homme lui court après !
une femme de 60 ans est comme une balle de tennis, chaque homme la renvoie à l’autre !
une femme de 70 ans est comme une balle de golf, on l’envoie au trou !
 
Toujours les femmes…
Agée de 08 ans, vous l’emmenez au lit et lui racontez une histoire.
Agée de 18 ans, vous lui racontez une histoire et l’emmenez au lit.
Agée de 28 ans, pas besoin d’histoire pour l’emmener au lit.
Agée de 38 ans, elle vous raconte une histoire et vous emmène au lit.
Agée de 48 ans, elle vous raconte une histoire pour éviter d’aller au lit.
Agée de 58 ans, vous restez au lit pour éviter son histoire.
Agée de 68 ans, si vous l’emmenez au lit, ce sera toute une histoire !
Agée de 78 ans, quelle histoire ? Quel lit ? Qui êtes-vous ?

Vu 20098 fois par 3985 visiteurs

 

Le regard, c’est le miroir de l’âme…
Les yeux ne mentent jamais. Les yeux expriment les sentiments les plus profonds bien plus subtils que les mots. On peut jouer avec les mots et leur faire dire ce que l’on ne veut pas dire ! Le regard trahit notre véritable nature…
 
Les indiens d’Amérique ont pour principe de regarder leurs interlocuteurs bien en face et droit dans les yeux ! Ils scrutent votre conscience…
Dans un duel digne du fabuleux Far West, le regard de l’autre est révélateur !
 
Le pouvoir du regard
Le regard peut vous accrocher même si la personne n’est pas forcément « une beauté » dans le genre. Croiser le regard d’une personne peut nous donner une idée, un indice…
Le coup de foudre passe par le regard. C’est Cupidon…
Le regard peut dévoiler, ce que le cœur garde jalousement caché ! Avec un seul regard, une fille peut vous mettre mal à l’aise ! On succombe facilement au charme d’une personne à cause d’un regard « fatal ». Et c’est le Grand amour !
 
La magie du regard
Le regard est le reflet de nos sentiments. Les yeux, ne sont-ils pas les entremetteurs du pêché ?  « L’amour naît d’un regard » a dit Virgile !
 
Le regard dans le Coran
Sourate La Lumière 24 :
« Dis aux croyants de retenir un peu de leurs regards et de préserver leurs parties génitales (leur chasteté), cela est plus pur pour eux. Allah connait parfaitement ce qu’ils font »  Verset 30
 
=== > Pour les croyantes voir le Verset 31Sourate  » La lumière » No 24
 
Les yeux et les lèvres
En parfaite symbiose, les uns confirment ce que les autres expriment !
– Des yeux rieurs avec un sourire
– Des yeux dubitatifs avec une moue
– Des yeux menaçants avec un rictus
– Des yeux inquiets avec une grimace
 
Expressions dans le regard
Le regard peut être :

– Méprisant

– Hautain

– Distant

– Inquisiteur

– Fuyant

– Malicieux

– Pervers

– Doux

– Terne

– Vide

– Absent

– Sournois

– Froid (glacial)

– Dominateur

– Provocateur

– Réservé

– Timide

– Effarouché

– Menaçant

– Triste…
 
Quelques regards d’acteurs célèbres
– Lee Van Cliff  (regard sournois)
– Clint Eastwood (regard inquisiteur)
– Henry Sylva (regard cruel)
 
Citations célèbres
Dans un film de Marcel Carné, « le Quai des Brumes » sorti le 18 mai 1938, Jean Gabin dit à Michèle Morgan : « T’as de beaux yeux, tu sais ! »  Elle lui réplique alors :« Embrasse moi ! »
 
Louis Aragon dans son célèbre recueil :
« les Yeux d’Elsa » (née Triolet)
 
Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire
 

 

Prière de préciser la source en mettant un lien vers le site de l’auteur « goutdemiel » Merci !

Vu 18300 fois par 3777 visiteurs

La pluie se déverse
de plus en plus fort
en averse
encore et…encore
sur l’aurore de ta jeunesse…
 
La pluie sème
les épis de l’amour
qui germent
toujours et…toujours
dans les cœurs qui s’aiment…
 
La pluie caresse
de ses fils dorés
les jolies tresses
de mon adorée…mon adorée
et adorable petite princesse…
 
La pluie s’arrête.
De ses doigts argentés
la nature en fête
se met à chanter…à chanter
la verdure qu’elle vient d’enfanter…
 
 

Vu 16496 fois par 3425 visiteurs

 
 
J’entends crépiter au loin le feu de l’amour
une larme se noya dans l’oeil d’Harmonia
J’enfourchai une étoile en défiant le jour
que l’aube de son échancrure dorée renia.
 
Les chants de mon odalisque si déroutants
se mêlaient au doux nectar de l’ivresse
d’un coeur éperdu par un amour envoûtant
qu’une naïade consolait avec délicatesse.
 
Je criai au ciel l’ardeur de notre passion
et je pris au temps une part de son éternité
Un fol espoir dissipa ma peur de sa compassion
Cythère mon refuge, mes craintes et ma vérité.
 
Douces pensées qui s’égrènent dans le vide
Amour frivole, gai, insouciant et folâtre
Viens réchauffer le désir d’un coeur avide
Mon almée, ma colombe au teint d’albâtre.  
 
Le bruissement du sable chaud gémissait
sous les douces ondulations de son corps
en de fines perles dorées qui frémissaient
sur les frissons de nos douloureux remords.
 
 

Vu 10534 fois par 2692 visiteurs

 

 

Tu n’as pas besoin d’histoires
pour enfin me croire…

Tu n’as pas besoin de mots tendres
pour me comprendre…

Tu n’as pas besoin de toutes ces fleurs
pour connaître le bonheur…

Tu n’as pas besoin de mes confidences
pour me faire confiance…

Tu n’as qu’à lire mes doux poèmes
pour savoir que je t’aime !

J’avais tellement peur de te connaître
car j’avais vraiment peur de t’enlacer…

J’avais tellement peur de te voir
car j’étais vraiment embarrassé..

J’avais vraiment envie de t’embrasser
mais j’avais si peur de t’aimer…

Maintenant que j’ai appris à t’aimer
J’ai vraiment peur de te perdre !

Vu 10338 fois par 2840 visiteurs

Au fil des jours
août 2018
D L M M J V S
« Mar    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Articles récents
Slideshow
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52