defi2010 décembre | Coeur en émoi

Archive pour décembre 2010

C’est ta première fois…
Pendant que tu mens, tes muscles se détendent.
Tu serres ma main en cherchant une excuse mais je continue en me rapprochant un peu plus…
Je demande si tu as vraiment peur mais tu secoues la tête bravement.
Je te rassure car j’ai beaucoup plus d’expérience !
Avec mon doigt, je trouve le bon endroit. Je tâtonne profondément et tu frissonnes…
Ton corps se détend.
Tu ressens cette douceur et ce bien-être comme promis !
Je te regarde profondément dans les yeux, tu dois me faire confiance…
Je te souris encore pour mieux te rassurer.
Tu ouvres plus grand pour donner plus de place à une entrée facile.
Tu commences à me supplier et tu me pries de faire vite…
Je prends mon temps lentement, voulant te causer le moins de mal possible.
Pendant que je presse plus fort, en allant plus loin, tu sens ta peau s’en aller…
La douleur ressort de ton corps et tu sens couler le mince filet de sang !
Je te regarde attentionné, et te demande si ça fait trop mal !
Tes yeux sont pleins de larmes et tu secoues la tête…
Tu me demandes de continuer…
Je fais des va et vient avec habileté…
Tu es trop engourdie pour sentir quoi que soit !
Puis, c’est la délivrance et tu sens quelque chose sortir de toi…

Tu restes haletante, heureuse d’en avoir fini !
Je te regarde et tu me souris…

Parce que les gens qui viennent se faire arracher une dent
pour la première fois ont très peur !
Et je dois reconnaître que toi, tu as été très courageuse…
Parole de dentiste !

Vu 6232 fois par 2031 visiteurs

Texte initial sur les jeux de mots et des calembours au XVIIIe siècle par :
Marquis de Bièvre François-Georges Maréchal
(1747-1789)

(Remanié par nos soins…avec des rajouts pour le plaisir des sens )


Le Père Spicace, chargé de l’abbaye est très affligé. L’abbé Quille vient subitement d’être rappelé à Dieu ! En effet alors que l’Abbé Nédictine et l’Abbé Nédiction donnaient les dernières grâces, l’Abbé Quille perdit l’équilibre dans l’escalier et tomba inanimé dans les bras du Père On. Le père Iscope et le père Manent assistèrent impuissants à cette tragédie…
L’Abbé Tise, était sidéré. La chute était fatale.

Les révérends pères, en perdant l’Abbé Quille, perdaient leur seul soutien.

Le Père Fide ainsi que le Père Siffleur savouraient en douce cette disparition.
L’Abbé Quille, fut examiné par le Père Manganate et le Père Itoine, les deux médecins de l’abbaye assistés par l’Abbé Ladonne et Soeur Ingue l’aimable infirmière du presbytère. Ils constatèrent le décès.
L’enterrement fut décidé pour le lendemain. Le Père Sonnage fit sonner les cloches…
La messe fût dite sur une musique de l’Abbé Thoven, de l’Abbé Mol et la participation du Père Cussionniste ! Avec la précieuse collaboration du Père Choir, le Père Ocquet put enfin lire son sermon.

A la fin de l’homélie, le Père Cepteur et la Mère Curiale firent la quête et remirent les dons ainsi recueillis au Père Iklite qui les transmis sur le champ à notre frère africain, l’Abbé Enne Pé.

Après la messe, une grande discussion s’engagea concernant l’itinéraire du convoi funèbre : L’Abbé Canne, l’Abbé Cassine et l’Abbé Trave proposèrent de passer par les champs, le chemin le plus court mais le Père Clus et la Mère Tume s’y opposèrent.

L’abbé Casse en fut enchanté.

Le Père Dreau garda le silence. Le Père San, avec sa tête de turc ne voulait rien entendre.

Une violente dispute éclata entre le Père Sécuteur et le père Turbateur si ce n’était l’intervention du Père Emption et du Père Sistant ! Le Père Vers et le Père Nicieux étaient ravis de cette discorde !
Finalement on décida que  l’Abbé Taillière se chargera du transport du corps du défunt avec l’aide précieuse de la Mère Issage…

Le père Iphérique aidé par le Père Imètre furent chargés par le Père Suasif de délimiter le terrain sur lequel le Père Forateur et le Père Cutant devront creuser la tombe. L’Abbé Gnoire donna l’absolution, en l’absence du Père Missionnaire. Le Père Mis et le Père Méable furent chargés de l’inhumation.

Le Père Venche, le père Gola et l’Abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe.

L’abbé Tonneuse lui, avait préparé la pierre tombale !

La Mère Cière avait cousu le linceul alors que le Père Pétuité se chargea de l’oraison funèbre.

Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant.

L’Abbé Vue et le Père Immé ne savaient quoi faire…
Le Père Sévérant et le Père Tinent consolèrent l’Abbé Rant le voisin de l’Abbé Quille ainsi que ses grands amis : l’ami Graine, l’ami Zère, l’ami Able, l’ami Gdale, l’amie Nable, l’amie Ante, l’ami Ral, l’amie Temps et l’ami Traille !

Le Père Pendiculaire était plié en deux par le chagrin.
L’Abbé Ration et l’Abbé Vue étaient inconsolables. Le Père Plexe était sidéré.
Le Père Dût et le Père Dan accompagnés de la Mère Dik se sont bêtement égarés en cours de route ! L’abbé Vitré sanglotait. La Mère Aboire pleurait à chaudes larmes !

La Mère Ike, envoya un message de condoléances au Père Itèl. Quand au père Iodique, il contacta le Saint Plet chargé de la communication auprès du Pape Aussible !

La Mère Cédés  et l’Abbé Rlingo fermaient la marche en compagnie du Père Igord.
Le Père Sil et l’Abbé Chamel préparèrent le repas, sur les conseils du Père Sindou.
Le Père Nod et le Père Collateur aidés par la Mère Ingue et la Soeur Ize servirent une collation, à cette Auguste assemblée.

Sur une idée du Père Sonnel,  l’assistance invoqua tous les saints, à la mémoire de l’Abbé Quille :
– Saint Ure, Saint Bale, Sainte Axe, Saint Doux, Saint Uron, Saint Foin, Saint Gerie, Saint Phonie, Saint Pathie, Saint Bole, Saint Chrony, Saint Thétiseur, Saint Thétique…


Signé : pour L’Abbé BICI  (l’Abbé CéDé)


Vu 13689 fois par 4040 visiteurs

Il y a ceux qui savent.
Il y a ceux qui ne savent pas.
Il y a ceux qui savent…qu’ils ne savent pas !
Il y a ceux qui ne savent pas…qu’ils ne savent pas !

Il y a ceux qui savent et ne profitent pas de leur savoir !
Il y a ceux qui savent et ne font profiter personne de leur savoir !
Il y a ceux qui savent et font profiter les autres de leur savoir !
Il y a ceux qui ne savent pas et profitent du savoir de ceux qui savent !
Il y a ceux qui ne savent pas et ne savent pas profiter du savoir de ceux qui savent !

Il y a ceux qui n’ont jamais su et ne sauront jamais…
Il y a ceux qui ont su qu’ils ne sauront jamais…
Il y a ceux qui ne sauront jamais et mourront sans le savoir !

Le savoir est une précieuse richesse !
Beaucoup de gens ne le savent pas !
Qui leur fera savoir cela ?
Va savoir…

Vu 5879 fois par 1976 visiteurs

Au fil des jours
décembre 2010
D L M M J V S
« Oct   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Articles récents
Slideshow
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52