defiMusique | Coeur en émoi

Musique

Le melhoun est originaire de Tafilalt, dans le Sud marocain et ce sont trois poètes : El-Maghraoui, Thami El-Madeghri et Sidi Mohamed Benali qui ont en été les précurseurs en partant de Tafilalt vers Fès.

Hadj Ahmed el Ghrabli, était tisserand de métier et « Fqih », théologien de formation. Il était contemporain de Abdelhadi el Amiri et Hadj Madani Torkmani. (Ecole de Marrakech) Il a vécu durant le règne du sultan « Moulay Hassan 1er » puis celui de « Moulay AbdEl Aziz ». Il est mort à Fès, voilà environ, 200 ans. (19e siècle)

Hadj Madani Torkmani déclenche un débat théologique (concernant la profession de foi) par son texte : « Ya Layem » !
(le censeur)
El Ghrabli lui répond par : « Ya Edda3i ». (le présomptueux)

Torkmani était partisan du courant qui prônait que « Pour être un bon croyant, la profession de foi suffisait ! »
El Ghrabli était plutôt adepte de « La foi ne suffit pas au bon croyant, sans actes concrets à l’appui »….
Ces deux (02) textes poétiques sont restés des chefs-d’œuvre dans le genre et une référence dans la satire ! (El H’idjae)
Hadj el Ghrabli se surpassa car sa Qassida «Ya Edda3i » comportait également 10 strophes avec la même métrique et la même sonorité finale ! (Qafia)

Hadj Ahmed El Ghrabli, a eu comme « Guendouz » (élève dans le jargon du Melhoun) El Ghali Damnati qui était un excellent interprète du Melhoun marocain « Qri7a » et qui était lui-même cheikh du contemporain poète Hadj Omar El Bouri.
El Ghrabli était un fin connaisseur en astronomie.
Il a écrit une Qassida dans ce domaine, intitulé : « ترحيل الشمس »
et النمرودية dans le style prose poétique…

Quelques Qassayad de El Hadj El Ghrabli :

– Ya Hnine
– Djad Bel Farh Zmani
– Ya Lotf Allah ElKhafi (Elottfia)
– Ya Edda3i
– Tarhil Echams
– Enemroudia
– Lachraf El Houssneyne
– Lala Malika
– El Mersoul…

A/ « ya layem » de Torkmani

آللايم خلّي العباد كل واحد في حالو ـ و الشهادة بالله و بالرسول تكفي مولاها
رب غني عنّا و على افعالنا جلّ جلالو ـ واسع الرحمة ليه الحمد ما يخيب يا من اسعاها
يا مكفّر جمهور من الاسلام بقبحو و افعالو ـ ما اكفرمومن بذنب من الحديث ارويناها

B/ « ya da3i » d’El Ghrabli

يا الداعي بالعرف اصغ لاهل العلم فيما قالو ـ الشهادة من غير اعمال ليس تكفي مولاها
أمر فرضو ربّي و اشتد فيه تبغي تسهالو؟ ـ والشهادة ليها كم من شروط لا ريب معاها
كيف ترخف ما شد الحق بعد ان رشدك مرسالو ـ يا الناكرشمس العليا اللّي من النور انشاها
يااللي ما يفرّق بين الحرام حتما و حلالو ـ عيشتك في الدنيا إلاّ فجور وفشرو سفاهة

********

طالبكم ضيف الله

أسمي نبينه في الأبجد للقاريين* الحرف الأول عشور الياء* الربعين بعد
ثمانية *و الربعة كمال الأشياء

الغرابلي الكنية رطب على
الياء بغير خفية* و سلامي للأشياخ مداحين المختار في الضياء و غسق الديجاني* نعم
الذاكرين

بأولاد الزهرة الطاهرة الأشراف العدنان* ما دام في الدنيا كلهم تقاة و
عصياني* بهم مرحومين*

و كيف نخافو حنا في حرمهم يا لمة الإخوان* يشفعوا في اللي يحبهم يدخل للجنة
عاني* يغنم حور العين

من يمدح على الرسول ما يخشى من النيران* و انا مداح الهاشمي أحمد و أهل
البيت زهو اعياني* الحسن و الحسين

تمثيل ابن الزهير ما خفى و السيد حسان* و البصيري خلى
شواهده و الهمزية ترضاني* و البردة تبيين

الجازولي دليل خيرتة في صلاة العدنان* و ابن المعطي سجاد خيرته بالرمز و
المعاني* و كرايم الأمين

المغراوي باقي شواهده يذكارو للآن* وضح معجزات الرسول شلا نحصيه بلساني* ضمنها
تضمين

سيدي لخضر مداح النبي باشواقه هيمان* تعطف عنه رؤيات شاهده و شفاه بالأعياني* تسعة و
تسعين

البهلول و سيدي سعيد المكني ابو عثمان* و ابن الفارض اللي جاد عليه نعم الغني
مداح زين الزين

بن يخلف خلى قصايده ما ليها ثمن* و النجار فصيح النظام بن علي ما
يخفاني* من نسل السطين

و أنا مداح الهاشمي أحمد بالأشواق و الأكنان* نرجى يجعل لي منهم و يجاوز عن
عصياني* في الدنيا و الدين

هاك يا راوي حلة مرونقة بجواهر الأوزان* مهدية لاولاد الرسول بيهم قلبي
عاني* الاشراف الحسنين

الحربة

طالبكم ضيف الله صارخونا يا أهل الحسان* من يقصدكم حاشا يخيب يا أهل البيت
العدناني* الأشراف الحسنين

Vu 24590 fois par 5618 visiteurs

 
 
El Anka et Debbah Ali (dit Allilou)

El Anka, Bachtarzi et El Mouhib

El Anka et AbdelGhani Belkaïd

El Anka avec AEK Chercham, H’cen Saïd, Essouki

El Anka avec Fadhéla Madani(dite Dziria)

El Anka avec Djillali Haddad

El Anka avec Djamel Sébillot et Sid Ahmed Naguib

El Anka avec Mohamed Kabbour (dit Tailleur) et Naguib

El Anka avec Boualem Mansouri (dit Titiche)

El Anka avec Si Saïd Larbi(dit El Gaucher)

El Anka avec El Hadj Mohamed Gouaïch (dit Cheikh Hamada)

 
 

Vu 31646 fois par 6940 visiteurs

Abdelaziz EL Maghraoui Abou Mohamed AbdeLaziz Ben Ali El Filali El Merkni El Maghraoui

Appelé Abou Farès, fut un grand Cadi à Fès. Originaire de Tafilalet. Il est né en 972 (H) – 1533 (G) 73 ans après Benkhlouf. Il est mort en 1032 (H) – 1593 (G) à l’âge de 60 ans.

Sa piété, son savoir et sa grande taille ont donné lieu au proverbe suivant:

« kouL TouiL Khaoui,siwa EnnakhLa wel Maghraoui »
(Tout ce qui est long est vide ! Excepté le palmier et EL Maghraoui)

Il a laissé derrière lui un grand diwan :

– Ma YchaLi (On dit qu’elle est de Ben Omar !)
– Ana Aâchqi Adraoui…
– Djemiê El Bah’iette Reghbou Fi Mesboughette Lelmah…
– Techqiq El Q’mar
– Selem Ya Men Lem Fel H’wa…
– Ya Bdour Ezine El Meknoune Men B’Hakoum N’Dhal H’ayem Memhoun wela Nbat Enn’êeuss.

Il fut l’un des poètes du sultan Ahmed El Mansour Saâdi. (sixième sultan de la dynastie saâdienne.)


Kaddour El Alami né à Meknès (1742-1850) l’un des plus grands noms du Melhun maghrébin.

Poète romantique,moraliste et mystique. Elève de Mokhtar El Baqali et de Amiri Mohamed. (lafkih Amiri)

Il est l’auteur de :

– El Farradjia « Ya Krim El Kourama Ghithna B’Faradj »
– EL Meknassia
– TaouessouL (Ya Men Blitni Aâfini, Biraham’Tek Ennal…) à l’image du « Tawessoul » de son maître  Laâmiri !
– Saqi (Rah Elil w’Aâl’m El Fdjer Tej Essoubh Erraqi (Ah, ya saqi) Touf Aâla El Hadra  Bfen’Djlek Tezyane EL moussiqa w’ezraâ Lessah’i yfiq…
– Laâb Men Doun Chtara Fouq Rouss Harbat…
– Ya Lotf Allah El Khafi


Ben Ali Chrif Oueld Rzin EL Oumrani  originaire de Fès. L’un des plus grands maitres du melhoun marocain (1742-1822).

Aurait vécu sous le règne de Moulay Errachid (1075-1082H)  roi Alaouite.

Il se vante aussi d’appartenir a la noble Lignée des « Chorfa » :

« Mohamed Benali Min Nessl Ezzoh’ra »

Benali demeure le prince incontesté des poètes populaires marocains.

Il est l’auteur de :

– Zenouba
– Salaf Mekmoult El B’Ha Khalatou, Youm Mchat Etzour…
– Dami H’ouit Loughzala, Chems Edhoha El Batoul…El Djazia w’Lila
– Ayli ou Mali…
– Ana Smah’TLek AssemhiLi
– Mir El Ghiouane
– Ya Men Tssalni
– Aâlache Ya L’Djafi
– Nesrou Dami Lebkar
– Raha
– El Ghalia
– Hedjouba
– Herraz Yamna
– L’Khessam
– Echemaâ
– Baâdh Enass Hbabi Dert’Houm
– ya El H’aoui Te H’oua Men Lali’He Settoua….Toueê Ya El Ghafel Werdjaâe Lel Ghni


Benslimane né à Fès. (XVIIIe siècle)

Un génie impétueux et prolifique du Melhun marocain disparu à un âge précoce (33 ans). Guendouz (élève) de Ben Ali puis du Cheikh Mohamed Ennadjar. C’est un poête hors norme, très doué mais impulsif…

Il est l’auteur de :

– Gamriate Lebroudj  A Yaqouta Fi Tadj, Ya Rym Kh’didja. Zorni Ya Lahd Edaroudj Aboussalef Khadoudj (Son 1er Qsid)
– Ya Saqi Baqi Nor Echemâana Ma Qarab Hesskatou, Ma Betna H’ada Chehal Ma Ghadarna Kissane…
(Juste après ce Qsid, Echrif Ben Ali son ancien maître, réplique avec « Ma doum El Hikma Léli Ma Qra Hrouf El Bali »)
– Ya EL Ghori fé Dénia Ma Tkoun Maghrour…
– Soli Solette Aâttouche, Ya Essif El Aâlaoui, Ma Sallete Bik A’Hle El D’jhaf, Ya Raya Bine Djiouche, Ya TeH’lil Essoltane.
– Ya H’le Ezzine El Fassi,(sidna,H’le Ezzine El Fassi) Safou BedjmaâKoum Ou Bay’âou Li Soltane El Machwar.
– La Tloumouni Fidhel Hal, Djite Nech’Had Wa Nwadi, Ya Aâdouli Fel Mout (Ana?) Sbabi Khal Fi Warda
– « Mersoul Fatma Ya Nassi, Beslem Siftou Loughzali, Djabli Meqyass…H’akda Menqouch »
(Benslimane l’avait composé alors qu’il avait à peine 20 ans !)
– Ya Talab Tiri Aâla Maâ Ettyour Ourrahou…
– Erraâd – « Ya sah Zarni Mahboubi Amess Kounte Sayem, Chah’da Qttaât We Djnit El Ward, Qalou Klit Ramdhane. MaH’djour Qoult Ma dari, Ya Hbib…Yeftar » (Son dernier Qsid)

 

Mohamed El Masmoudi poète marocain originaire du Tafilalet au XVIIème siècle, sous le règne du sultan Moulay Zidane. (neuvième sultan de la dynastie sâadienne de 1613 à 1628)

Il fut le disciple de Abdelaziz El Maghraoui.
El Masmoudi inventa une nouvelle formule de composition appelée « Goubahi ». En innovant dans la forme poétique, il a introduit une césure différente de celle de Abdelaziz El Maghraoui. La qacida chantée sur le rythme Goubahi se présente ainsi :

« Kef M’lamek Ya Layemni, Rabi Be’Aâchq Ezzine Blani »

Il est l’auteur de :

– EL Hifa
– Mir El Ghram (Goulou L’Yamna TeH’li Lel Aâthmani, Rofi Bel Aâchiq…)

Ce grand rénovateur, a aussi grandement élargi la palette thématique du melhun. C’est lui, dit-on, qui a écrit le premier « harraz » de l’histoire du melhoun. Ce nouveau thème a suscité un engouement immense chez les poètes jusqu’a nos jours, aussi bien au Maroc qu’en Algérie. Enrichi du « mbeYet », du «maksour Djnah », du « mchettab » et du « soussi- meqlouaâ », le melhoun marocain va susciter de grandes vocations et libérer le génie créateur des poètes marocains qui produiront ainsi des œuvres importantes !

Tout le Maghreb va savourer la poésie de grande qualité, des poètes comme :
Sidi Kaddour El Alami, M’hamed En-Nejjar, Benali Cherif, Mohamed Benslimane, Touhami Medaghri, El-Mernissi, El-Gherabli, Moulay Ali El-Baghdadi, …


Cheikh Medaghri Touhami

Le plus grand poète romantique du Melhun au Maroc.

Il était le compagnon du prince-poete Sidi Mohamed Ben Abderahman.  Le grand poête Touhami ben Ahmed el Medaghri est originaire de Amedaghra dans le territoire du Tafilalet, l’antique Sijilmassa, contrée du grand poète Abdelaziz El Maghraoui. Il est Né aux environs de 1787 (1215H).

Il aurait vécu une partie de sa vie à Fès.

Il est l’auteur de :

– EL BatouL
– Ghadar Kass Errah…
– Mel Men Qassem Qelbi Men Syouf Lechfar, Haz Aâqli Werma Dhati Bla Rdjouâa

Il est mort vers 1856 à l’âge de 59 ans.


Cheikh M’Thired Abdeldjalil El DjiLaLi  El marrakechi un grand poète rénovateur du XIIIe siècle.

Son oeuvre a constitué une nouvelle étape dans l’évolution du Melhun au Maroc. Il exerçait le métier de vendeur de légumes au marché de Marrakech…

Il est l’auteur de :

– El Fedjr Hab Nssimou Aâla Erriadh Tennasem
– Essaqi  » Essaqi Wekadh Leryem, Rod Balek Lennouba La T’ghib Aân Moula H’a Koub Ya Essaqi Rah Ellil »
– El Haraz
– Echemaâ
– El Fsada
– Dhif Allah Rod Ledjouab Essgha li…

IL mourut probablement au début du XIXe siècle.


Essoussi Mbarek originaire de Fès (XIXe siècle)

Il est l’auteur de chansons sensuelles très en vogue à l’époque, telle :
 « Youm EL DJemâa Kharjou Erryam »

– Charâa Allah Mâak Ya H’lal Ezzine
– Koul Nour
– Tal Tihanek Ya Mahboubi
– Saàdat El Qelb El H’ani
– Achki Ma H’énani, Ya Sidna...
– Lech Tebki Ya Men Djerhouk Lermeq



Cheikh Mohamed El Ennadjar (Moul Ennaâoura)

Est un grand maitre du melhun à Fès. (18-19 siècle) Il est né à Marrakech.

C’était l’élève et le beau fils du cheikh Djillali M’Tired.

Il est l’auteur de :

– EL Aârfaouiya
– Hali la Hala Men Ghram Sidi Rassoul Allah…
– Sir Anakkar Lehsane
– Ghedar Kassek Ya Ndim

Nedjar Mohamed était le contemporain de Ben Slimane, de Ben Ali et d’El Maghraoui.


EL Bourachidi Belkacem né à Fes (XVIII/XIXe siècle)

Auteur de :

–  » Hadjou Lefkar » (Khardjou Lebkar)

Au Maroc, cette qasida s’appelle  « SeLouania ».

Certains attribuent ce poème à cheikh Mohamed Enadjar.

Il est de coutume de retrouver des poèmes attribués a des poètes autres que leurs propres auteurs ! La transmission orale faisant parfois défaut. On admet que le Qsid « Ya Wassâa El Khzayène » attribué à AbdeLaziz El Maghraoui appartient à AbdeLaaziz EL Ouazani !

Hadj EL Baqali  (Mokhtar El Baqali) de Meknès.

Auteur de :

« Ma sbani weda 3aqli ghir el khed el ouerdi » (la Mecque) où il énumère 23 grands maitres de la poésie parmi lesquels de très grands poêtes maghrébins :

– Ben Ali,Baghdadi,El Maghraoui, Ennadjar, El Amiri, El Berri, El Masmoudi, El Alami, Ben Arous, Lakhdar (Benkhlouf), Ben Hamadi, Bna Mssayeb, Boulatbaq, El Mouaffaq, Berrahou, El Bouzidi, Aïssa de Laghouat, Lahmar, El Balaghi, Ben Hboub dit (Saâdi), Bessouiket et Ali Koura.

El Fqih Amiri Mohamed originaire de Meknès (XVIII/XIX).

Maitre de Kaddour EL Alami.

Il est l’auteur du fameux Tawassoul:

–  « Ya L’moula Nieêm El Mout’aâl, Dhou L’Djalali – Ya L’Maâboud Aâdhim Echane Fi El Maâli »

Benkhelouf Lakhal  de Mostaganem (XVIe siècle) appelé aussi Lakhdar.

Grand panégyriste du prophète auquel il a voue son art a l’exclusion de tout autre thème mis a part deux textes sur la bataille de Mazagran contre les Espagnols en 1558 et quelques autres poèmes prophétiques.

Son œuvre vieille de plus de quatre siècles est toujours vivante et connue dans le Maghreb. Son mausolée se trouve a Mzila, appelé aujourd’hui Sidi Lakhdar Ben Khelouf, à environ 60 km à l’Est de Mostaganem.

Il est l’auteur de :

– El Khazna El Kbira  » Loula Enta Ma Kan Khalaqna Mina Ettourabi… »
– El Khazna Essghira  » Ehssene Ma Youqal Aândi, Bismi Allah ou Bik Nebda »
– A Ya Saâdi Wa Farhti
– “El Kheïma”
– “Bit Ech’âar”
– “Ya Farès Men Tem Djit El Youm”
– “Ya Haïra Ftakri Lilet Maghdak”
– “Men Sabli H’edj H’oudj H’mar Yesswa Men El ‘Ibriz Mia”
– Khaddi Wniss Khadd Ennabi El Mokhtar
– Sid El Aâbad Mouhammadi...
– El Mout Tabâatni Wel Ard El Barda

Said EL Mendassi (Abou Othmane Echerif) poète tlemcenien du XVIIe exilé au Maroc vers 1650.

Fuyant les Ottomans, il se mit sous la protection du sultan alaouite Moulay Ismaïl dont il fut le précepteur. Son œuvre méconnue et pourtant très riche lui a valu une récompense de 25 livres d’or offerts par le premier des monarques alaouites Moulay Mohamed Ben Echrif pour une seule qacida, « El Aâ’QiQya » traduite d’ailleurs en français en 1901.

Connu dans le milieu du melhun maghrébin comme l’auteur de :

– La « Aâqiqiya » une longue qassida sur les lieux saints.
– Feth Mekka
– Kif Yenssa Qelbi
– Daoui Beline Edjrahi
– Tob Lelqalb Edouah, Yal Ghawthi Balak Tensani…
– Moudda Ch’hal Ya Dhél Marsam

Il est le maître de :

Bentriki
Masmoudi
Mohamed Bna Msyeb
Moulay Ismaïl…

Contemporain du XVIIe siècle.Il est mort centenaire, vers 1737 a SijiLmassa.

 

Ahmed Bentriki  grand poète de tlemcen (XVIIe siècle).

Elève de cheikh El Mendassi. Exilé au Maroc vers 1673.

Il est l’auteur de :

– Abouya Hnini Tab Qelbi Men Qoulette Lala

Cheikh Bettobdji Abdelkader de Mostaganem (19e-20e siècle)
Il est l’auteur de :

– Li ALLah Ya H’li A-âadhrouni Rani Nsa-Aâf Fel Mektoub, Naoui (in) N’cha’ Allah Enntoub »
– « Ah’ Ya Ouelfi » (Bit We Syah)

Son fils Lâaredj est lui aussi poète du melhun.

Ben Brahim Mustapha de Sidi Bel Abbès. (1800-1867)

Grand poète érotique du bédouin.

Quelques chansons du répertoire :

– « Lqit Anaya Khoudatt, Youm El Djemâa Kherdjou Zayratt El wali… »
– « H’ada El Youm S’îid Mbarek, FiH’ Wefitek Ya Yamina »


Cheikh Hadj Aïssa Laghouati. Né à Tlemcen en 1668 et mort en odeur de sainteté à Laghouat en 1739.

Très connu pour ses poèmes cynégétique (relatif à la chasse) et…religieux.

Il est l’auteur de :

– « Ana Bi Allah We Chraâ Tahder Aândi Ah’ Ya EL Hadi, Ki Nemed Hak Ma N’Khib, Sidi Mohamed El Hbib… »

Cheikh Ben Qbabti  (Mustapha Ben Qbabti), mufti malekite né à Alger en 1769.

Auteur de :

– « Men Ybat Y Râîi Lahbab »

Il est mort en exil au Caire en 1860.

Cheikh Ben Ismail (Mohamed Ben smaiL) algérois (1820-1870)

Il est l’auteur de « Frak Ben smaïl »

– « Ya ILahi Weltof Ya Del Krim Bia Tallet Eyam El Hidjra W’Enhyaw Ledjrah… »

Son fils Kouider est connu aussi comme poète.
Il est l’auteur d’un hymne à Sidi Sahnoun. (L’ancêtre de la famille)


Cheikh Ben Omar surnommé « EL Hadbi »(le bossu) est lui aussi algérois.

C’est l’auteur de :

– « TLata Zahwa Wemraha Men H’wa H’oum Mani Sahi…Rkoub El Khil Wel Bnat, Ou Kissane Errah. »

Il est mort vers 1898.

Abou Abdillah Mohamed Ben’Ahmed Ben’Msayeb est né vers la fin du 17ème siècle à Tlemcen.

Sa famille originaire d’Andalousie s’était installée à Tlemcen après la chute de Grenade, dernier royaume musulman d’Espagne.

A Tlemcen,le jeune Mohamed apprend à lire et à écrire. Il apprend le Coran, la grammaire et le fiq’h. Il doit tout abandonner pour aider sa famille. Il intègre un atelier de tissage. Sa poésie commencera avec Aicha qui venait souvent à l’atelier. Il en tombe amoureux. La plupart de ses poèmes lui sont dédiés !

– Aïcha, Ya Aïcha…
– Salef Aïcha

Bravant tous les interdits sociaux de l’époque, il écrivit des poèmes d’amour en son honneur.

– « Soltane El’Hob Ett’gha W’djar Aânni B’djich… »

– Kathrat Fel Hob Techwachi Men Aicha La îicha Wa La Fi Dhanni N’îich Rani Bel H’idjra Rechi »

Cela lui valut la haine de la famille de Aicha qui le repoussait à cause de sa pauvreté. La famille de la jeune fille va se plaindre aux autorités Et Benmsayeb est contraint alors de fuir au Maroc. A cette époque, vers la fin du 17ème siècle, Tlemcen était le centre d’affrontements continus entre les Deys ottomans et les souverains du Maroc. Le poète Ben Msayeb prend position pour les souverains du Maroc dans plusieurs poèmes, où il pleure la beauté et la gloire de la ville de Tlemcen tombée aux mains des ottomans.

Ben Msaib critiquait souvent la société et meme les gouverneurs de TLemcen de cette époque. Il eut des ennuis avec le gouverneur de TLemcen qui ordonna sa Capture et prononça son execution. Avant d’etre exécuté, Ben Msaib demanda une derniere faveur au gouverneur.
Il voulait faire ses ablutions et prier. Le Gouverneur accéda à sa demande.

Ben Msaib après ses prieres, composa la fameuse Qasida :

« Ya AhL Allah Ghithou EL MeLhouf »

La qacida est remise au gouverneur. Ce dernier apres l’avoir lu, décida de le gracier. c’est une tres longue qsida fiha 182 beyt.

Certains disent que Ben Msayeb a compose plus de 3000 qassayed !

Après son pélerinage à la Mecque, le poète changea complètement de registre. Il ne consacre désormais qu’à l’amour divin.

« lik Nechtki B’amri Ya L’wahdani Ya Krim Nettolbek Taâfou Aâliya… »

Il atteint un degré de ferveur et de piété Ce qui lui a permis de revenir à Tlemcen après de longues années d’exil. Il passa le restant de son existence dans les pratiques de dévotion et la crainte d’Allah.

Il mourut à TLEMCEN en 1190 de l’hégire (1776 de l’ère chrétienne). On l’enterra dans le voisinage du cheikh Essenoussî, dans le cimetière d’Aïn Ouazoûta .

Quelques Qassayed du cheikh Bna Msayeb :
– Ana El Ghrib
– Aâyiit Fi Qalbi Yosbor
– Hbibek La Tensah
– Ya Aâchaq Ezzine
– Yal Ouecham Dkhil Aâlik
– Wallah Ma N’sitek Ya Lilet El Barah
– Men Sab Mâa Elmlih Fardja
– Fel Mnam Ya Lesyadi, Zarni Hbibi L’Bareh Fel Mnam
– Men Ne’Houa Rouhi Ourahti
– Ya Qamat Ghosn Elyas
– Dkhil N’hasbek Ya Ould Ettir
– Fadh Elwahch Aâliya
– Mal Hbibi Malou, Ya Nassi Ghodh’Bane…
– Kif Aâmali Ouhilti, Limen Necht’ki Bi Dhel Amar
– Tal El Aâdab Biya
– Limen Nechki Bqorh Djmar Ghezali, Ah’ Yel Ghali…Essalf Ettouil
– EL Horm Ya Rassoul Allah
– Nar ouelfi,
– Rani H’mim H’ayem,
– Anaya Barani Ghrib
– Rabi Q’da
– Marit Fel Mlah « Nari w’qourhti We Sbeb El Qelb El Hzine Aï Sidi, AâmH’oudj Chaftou Aâïnya »
– H’adj Aâani wah’ch El Mahboub
– Mahboubi Zah’we El Khattar « Mawfachi Tolbi »
– Yal Ouahdani
– Zora Ya Aâchqine Zora

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Boumédiène Ben Mohamed BENSAHLA
naquit vers la fin du douzième siècle de l’hégire (18e siècle, après J.C) à TLEMCEN, dans la ruelle des Banî Djamla. (derb Banî Djamla) à proximité de « Saqqâyat as-sbâ »! (la fontaine des lions)

Mohamed BEN SAHLA et Boumédiène BEN SAHLA ?
ou
Boumédiène Ben Mohamed BEN SAHLA ?

Où est la vérité ?

On dit que le père de Boumédiène Bensahla était agriculteur de son état et qu’il n’a jamais été poète.
 
Boumédiène Bensahla était tisserand. Très tôt attiré par la poésie et le chant, il déclame son amour à la jeune Badra sa camarade de classe. Il apparaît dans ses premiers écrits comme un jeune homme séduisant, vif d’esprit et possédant le sens de la répartie.Il avait une mémoire prodigieuse puisqu’il avait appris par cœur de nombreux textes poétiques en particulier ceux de BEN MSAYEB.
 
Fatma était Une femme d’une grande beauté qui avait ravi son esprit et son coeur au point qu’il n’arrivait plus à ne dormir.
« A la suite de l’amour pour Fâtma l’élégante, les larmes ont coulé de mes yeux et j’ai pleuré ! »
Dans un de ses poèmes « Nar H’ouakoum Fed’lil Tel H’ab Lh’ib », il
déclare avec tristesse et regrets :
– « je n’aurais jamais cru qu’après avoir vu le soleil éclatant, mes yeux ne le reverraient plus ».
 
Cette métaphore, désigne la beauté légendaire de sa belle et bien-
aimée ! Boumediene Ben Sahla n’a pas aimé sans faire de vagues.
Son amour pour Fatma était devenu légendaire.Sa vie fut trouble. IL goûta, tour à tour à l’ivresse d’un amour tendre et désespéré et aux tourmentes d’un douloureux chagrin fait de larmes et de regrets. Il se résigna cependant à son sort…
Cet amour impossible poussa alors notre poète Boumédiène BEN SAHLA à se tourner vers d’autres conquètes ! Bensahla ne se contenta pas d’une seul amante.
Dans son poeme »Nabouni, Roudou EL Djwab » il énumère pas moins de trente belles tlemcéniennes qu’il aime avec un engouement sans pareil ! Il a vraisemblablement consacré toute sa vie à la contemplation de toutes les belles femmes de son époque.

Et c’est ce fameux poeme »Nabouni Radou EL Jwab » qui lui a valu une grande réprobation car il finit dans l’un des cachots d’Oran.
Badra, la favorite du gouverneur insista pour qu’il fut libéré…
 
Par gratitude, il composa alors deux poèmes à son intention :
– « Wahd El Gh’zal »
– « Dhaq amri »

Libéré, il revint à Tlemcen.
Il composa aussitôt « Be Erryam Sâadete Lyam » qui lui apporte le
réconfort nécessaire et la paix ! Ben Sahla consacra une quarantaine de poesies à « Fatma » son grand amour !

– « Youm EL Khmis Wach Edani »
– « Kifach Hilti »
– « Fat Châar El Qamra »
– « Ya Tamou »
– « Ya Msalmin, Qelbî lyoum Zad H’bal »
– « Ya El Wahed Khalek El Îbad »
– « Limen Nechtki »
– « Kif Âamali »
– « Oueld Ettir »
– « M’dhebel Lâayan »
– « Sidi men Yssel Âala Kahl El Âayn »
– « Nar H’wakoum Lah’ab »

Boumédiène Bensahla mourut, vers les débuts du 13e siècle de l’hégire. (18e siècle) Il s’éteignit donc célibataire malgré ses nombreuses conquêtes amoureuses et ce fut l’échec de son amour pour Fatma dont il ne put conquérir le cœur, qui en fut la cause principale.

Son tombeau se trouve près de celui du cheikh Essenouci.

A la fin de sa vie, Bensahla, plein de dévotion, composa :

– «Baghi N’djaour El Mustapha»
et
– «Selem Âala Tah’a El Qoraïchi»

Quelques autres poèmes célèbres du poète

1- « Khattri Bel Djfa T’âa-dheb » (Sid Ettaleb) – genre Ârroubi
2- « Wahd El Gh’zal Rit El Youm »
3- « Nar H’ouakoum Fe D’lil Telh’ab Lh’ib »
4- « AâYit Fi Qalbi En-Sabar »
5- « Ya Rqiq El Hadjeb « 
6- « Nar H’Wakoum Lah’ab »
7- « Aêyit En Wassi Fik »
8- « Laou Ma L’Fdhoul Ya Âadjbi Ouach Eddani »
9- « Nabouni Roudou L’djouab »
10-« Dâq Amri Ou Tal Nekdi »
11-« Ma Ândi Merssoul Youssal Zin El-Mthoul »
12-« H’ani Mah’moum men Ghramek, Ma Nesstrah Ya Raysset Lemlah »
14-« Tkheyel Hasbek Ya Oueld Ettir ».
15-« Charê Allah Ya Lahbab »
16-« Ach Merssoul »
17-« Lemta Yeh’na Qelbi Ou Lemta Yestrah »
18-« Ya Dhaou Âayani »
19-« Berryam sâadat Lyam » .
20-« Dhaq Amri, Ya Rabi Âlm El Kh’fya » (La T’Khayeb Dhani Ya Moqtadir)
21- « Kif Hilti Ya Sadat »
22- « Nerslek Lemdhebl El Âyan Ya L’werchane »

 

Harem

 

J’avais négligemment omis de citer le Grand poète Boumédiène Bensahla et ce fut notre Hamoud qui m’en fit la remarque. Qu’il en soit remercié…

Par la même occasion, les deux Qsid de Bensahla et malencontreusement attribués à Ben M’sayeb ont été remis à leur place…

 

Amicalement.

Kamel
Veuillez mentionner je vous prie, le site « http://goutdemiel.com », en cas de recopie partielle ou totale de l’article. (texte et/ou photos) Je ne suis pas l’auteur de ces photos mais j’en ai la paternité. La transcription de certains passages, la recherche assidue (pour éviter, la facilité du « copier/coller ») et la mise en page, ont demandé des efforts à l’auteur.Veuillez en tenir compte…

Malgré cette mise en page amicale, certains ne se gênent nullement pour faire du copier-coller pour aller se pavaner sur d’autres pages avec le travail d’autrui ! N’est-ce pas « halkoma » ? (http://dafina.net/forums/read.php?49,191926,210646#REPLY)

Vu 63603 fois par 16383 visiteurs

 
 
Parler du Cardinal, le cheikh émérite, le père du chaâbi, est une tâche ardue ! Son parcours exceptionnel, son génie et son tempérament ont fait de lui une icône et une véritable légende…
 


 

La rue Tombouctou (Casbah)
De son vrai nom Aît Ouarab Mohamed Idir, Hadj M’Hamed El Anka naquit le 20 mai 1907 à la Casbah d’Alger, au 4 rue Tombouctou.
Sa modeste famille était originaire de Béni Djennad (Tizi-Ouzou).
 
Sa mère Fatma Bent Boudjemaâ veillait à son éducation et à son instruction.
 
Trois écoles l’accueillent successivement de 1912 à 1918 :
 
– L’école coranique de la rue Gariba (1912-1914)
– L’école Brahim Fatah (Casbah) de 1914 à 1917
– Une autre école à Bouzaréah jusqu’en 1918.
 
A 11 ans, il quitte l’école définitivement pour se consacrer au travail.
 
El Anka, un fervent mélomane
A 19 ans déjà, livré aux tourments de l’adolescence, il trouve son bonheur à la table du café Rabah charbonnier, en martelant la mesure, au rythme de la derbouka aux mains de Hadj M’rizek. C’est sur recommandation de Si Said Larbi, un musicien de renom, jouant au sein de l’orchestre de Mustapha Nador, que le jeune M’hamed obtenait le privilège d’assister aux fêtes animées par ce Grand maître qu’il vénérait. C’est ainsi que durant le mois de Ramadhan de l’année 1917, le cheikh remarque la passion du jeune M’hamed et son sens inné pour le rythme et lui permit de tenir le tar (tambourin) au sein de son orchestre.
 
Ce fut Ayad Kehioudji (Mohand Erroumi), un demi-frère de Hadj Mrizek qui le reçoit en qualité de musicien à plein temps au sein de l’orchestre pour animer les cérémonies de henné.
 
1926, l’année de tous les espoirs
Originaire d’ Ouled Bellemou à Lakhdaria (Bouira), Mustapha Saïdji, plus connu sous le nom de Mustapha Nador, est né à Bouzaréah le 03 avril 1874. Agé de 52 ans, il meurt, à l’aube du 19 mai 1926 après avoir animé une soirée à Cherchell.
 

 
El Anka prit le relais du cheikh dans l’animation des fêtes familiales. La veuve de Cheikh Nador lui remettra généreusement, à sa demande, le diwan de son défunt mari.
 
L’orchestre était constitué de Si Saîd Larbi (Birou Saïd) à la cénitra, d’Omar Bébéo (Slimane Allane) à la Cénitra (guitare), Si hacène El Kerrai au violon, de Mustapha Oulid El Meddah (violon), Yahia El Kouliane à la derbouka…
 

 
M’Hamed El Anka assis, avec de gauche à droite :
Boukema, Rachid et Chaâbane Chaouche

 
L’apprentissage
En 1927, El Anka devenu le chef de file reconnu est fort apprécié par ses pairs. Il se fait entourer de deux spécialistes : Sid-Ahmed Ibnou Zikri et Sida li Oulid Lakehal pour assurer beauté et richesse à ses textes et ce jusqu’en 1932. Le phénix enrichit son répertoire, grâce à l’héritage poétique des autres meddahine tels Bensmaïn, Driouche, Benslimane, cheikh Mustapha Nador, Maitre Saïdi, Sid Ahmed Ibnou Zekri. Il cotoie allègrement les grands poètes du Medh comme Sidi Lakhdar Benkhlou, Sidi Mohamed Ben Messayeb, Sidi Mohamed Ben Ali, Sidi Abdelaziz El Moghraoui, Cheikh Driss El Alami, El Mendaci, Benslimane
 

 
Méticuleux dans son travail, il a pris soin d’intégrer dans sa troupe les meilleurs musiciens de l’époque. À partir de 1928, année charnière de sa carrière artistique, il entre en contact avec Columbia, une grande maison d’édition où furent enregistrés 27 de ses disques. Il participa à l’inauguration de l’ENRS (ex-Radio PTT d’Alger). Ces deux événements vont le propulser au devant de la scène a travers tout le territoire national et à l’étranger
 
Avec la fin tragique du cheikh Abderrahmane Saîdi (Reghai Abderrahmane) survenue le 05 août 1931 à Alger, Boulevard Carnot près de l’hôtel Alleti, El Anka se retrouvera seul dans le genre madih ce qui le mènera en 1932, au Maroc où il se produira devant Sa Majesté Sidi Mohammed Benyoucef, à l’occasion de la fête du trône.
 
Des son retour de La Mecque en 1937, il reprit ses tournées en Algérie et en novembre de la même année, il part en France et renouvela sa formation en intégrant Hadj Abderrahmane Guechoud, Kaddour Cherchalli (Abdelkader Bouheraoua décédé en 1968 à Alger), Chaâbane Chaouch à la derbouka et Rachid Rebahi au tar en remplacement de cheikh Hadj Menouer qui venait de créer son propre orchestre.
 

 
En 1939, El Anka sombre dans la toxicomanie.
En 1942, El Anka se détourne enfin de la cocaïne…
 
En 1953, il visitera la France et l’Italie au summum de sa renommée naissante.
 
La reconnaissance et la gloire
A partir de 1946, El Hadj M’Hamed El Anka va diriger la première grande formation de musique populaire de Radio Alger, donnant naissance au « chaâbi ».
 
El Anka a enseigné le chaâbi :

  • de 1938 à 1953 à l’école El Kamendja, rue du Lézard à la Casbah.
  • En 1958, c’est dans une cave de l’ancienne mairie, boulevard Che Guevara. (ex-République)
  • En 1965, il fait son entrée au Conservatoire municipal d’Alger en qualité de professeur chargé de l’enseignement du chaâbi.

 

Il lèguera un très riche patrimoine à ses disciples :
 
« Boudjemâa El Ankis, Hassan Saïd, Amar Lachab, Rachid Souki, Rahma Boualem aux Mehdi Tamache, le défunt Kaouane, Dahmane El Kobi, Chercham, Bourdib, H’cissen, Ferdjallah et tant d’autres. »
 
Ils deviendront des chouyoukh à leurs tours…
 
Certains de ses disciples ont su se frayer un chemin par leurs singularités, d’autres par contre par facilité, se laisseront séduire dans une servile imitation de mauvais goût :
(Mehdi Tamache, Abdelkader Chercham, H’sissène Saâdi, Bourdib, Kaouane, Toutah…)
 

 
El Hadj M’Hamed El Anka a appris ses textes si couramment qu’il s’en est bien imprégné ne faisant alors qu’un seul corps dans une symbiose et une harmonie exceptionnelle. La grande innovation apportée par EI-Hadj El-Anka demeure incontestablement la note de fraîcheur introduite dans une musique qui ne répondait plus au goût du jour.

  • Son jeu instrumental devient plus captivant.
  • Sa manière de mettre la mélodie au service du verbe était tout simplement unique.

 
A titre indicatif, El Hadj El Anka a interprété près de 400 poésies (Qaçaïd) et produit environ 130 disques. Il réalisa avec Algériaphone une dizaine de 78 tours en 1932 et une autre dizaine avec Polyphone.
 
El Anka et le Chaâbi
Un genre musical que d’aucuns croient être fini ou en péril.
Le chaâbi est né au début du 19e siècle, dans la vieille Casbah.
El-Anka ne tardera pas à faire ses preuves en apportant une touche particulière à ce genre lyrique. Il se montrera très efficace grâce au “medh” dont il excelle.
 

 
El Anka et cheikh Hamada se rencontrèrent en Belgique en 1937 au cours d’un gala organisé par Bachtarzi avec la participation de la célèbre Cheikh Tatma.
 
À partir de 1940, El-Anka confirme son genre. Les “Qaçaïd” sont merveilleusement interprétées. Les mélodies sentent un air de volupté. Le style ankaoui dépassera les frontières pour se faire apprécier partout au Maghreb. A part cheikh Nador, son père spirituel, el Anka a eu à visiter plusieurs sources et ce, afin de parfaire, ce genre musical fort particulier. De là, il s’est pris de passion pour les œuvres des grands cheikhs à l’instar de Saidi Abderrahmane, Cheikha Yamma bent el Hadj el Mahdi, Ben Ali Sfindja et Saïd Derraz. Le répertoire d’El-Anka acquiert une grande audience.
 
Le chaâbi s’impose.
 
La tradition consolide les liens entre l’interprétation, l’œuvre et le public. Ce nouveau genre, ne cessa d’enrichir par des créations et des rythmes nouveaux dans la mouvance à la fois du moghrabi et de l’algérois.
 
El Anka, le virtuose.
Il fut assurément de ceux qui auront le plus contribué à la sauvegarde artistique de ces véritables chefs-d’œuvre de la littérature poétique d’expression dialectale. El-Anka adopta et mit en musique le répertoire du melhoun en lui imprimant la vivacité qui le distingue des rythmes lents, maniérés et affectés des noubate.
 
Il introduisit des instruments nouveaux, élagua les neqlabateet mit la musique et le chant magrébins au goût d’un très large public.
 
Ce nouveau genre instauré par El Anka, fera école. Le grand mérite d’El Anka est d’avoir réussi le pari de sortir le chaâbi des cafés et autres lieux de rencontre, en le rendant accessible au grand public. Il en sera le chef de file indétrônable et incontesté malgré la farouche résistance des « andalous » qui lui faisaient obstacle en le surnommant « El Haress ! » (le démolisseur) allusion au chant andalou altéré par les innovations de ce jeune prétentieux. Malgré tout, le chaâbi finira par s’imposer pro domo !
 
 
Personne ne savait comme Le maître, mettre en relief la beauté du texte en symbiose avec les notes de l’instrument. Il savait chanter l’amour courtois ou sensuel, au dela des préjugés ancestraux et mettre à nu,les tares et la vanité de la société. ( Soubhane Allah Ya Ltif…) Il savait aussi sublimer les suaves gorgées des alcôves bachiques (Gheder Kassek, Essaqi Baqi, Rah Elil ou Aâlm El Fdjer).
 

 
Il avait des fugues déconcertantes : changement de rythme, surcroît de tonus et il surfait avec une dextérité et des modulations vocales ahurissantes d’un mode à un autre ! Son interprétation quittait le pluriel anonyme pour la singularité du grand art !
 
El Anka ne connait pas le solfège. Cela ne lui a pas fait défaut.
Ecoutons-le :  » Il n’y a pas mieux que la science et la connaissance. Il faut étudier la théorie du solfège, en retenir les points essentiels, sans oublier l’âme du peuple. Mais si on harmonise un chant chaâbi, on dénature son esprit. Le solfège est un moyen, non une fin en soi. C’est une mémoire écrite pour fixer les chants de manière à en faciliter l’étude et permettre leur diffusion aujourd’hui et demain. »
 
El Anka, un homme de caractère
On le disait ombrageux, acerbe, cinglant, distant et sarcastique alors qu’il entendait seulement faire respecter son œuvre et son art. Il transmettra à la postérité ses fulgurantes réparties , ses aphorismes et les cuisantes façons qu’il avait d’éconduire les infatués et les freluquets. Il s’imposait une discipline de travail très stricte. Pour imposer le respect, El Anka avait une façon assez particulière d’agir avec certains groupes sociaux aux valeurs singulières. Le caractère glacial et impitoyable d’El-Anka remettait à leurs places, les arrivistes, les opportunistes et les importuns…
 
Le cardinal, comme se plaisaient à le surnommer ses inconditionnels, s’était fait tout seul durant la dure période coloniale.
 
Quelques exemples :
 
1/ Avec ses élèves
– Un de ses élèves, pensait avoir tout appris et se ventait d’être le l’éventuel successeur du Cardinal ! El Anka le fit venir puis lui présenta une boîte à chiquer…
Il lui ouvre la boîte et dit :
– « Sers-toi ! » C’est ce qu’il fit.
– « Tu vois, tu n’as pris qu’une pincée, regarde ce qui reste encore… »
 
2/ Avec Sadek El Bédjaoui
Celui-ci demanda au maître :
– « Pourquoi tes admirateurs sont si nombreux alors que les miens…? »
El Anka lui répondit :
–  » C’est simple, toi ta mère c’est Yemma Gouraya et moi mon père, c’est Sidi Abderrahmane ! »
 
3/ Dans la rue…
Un jeune en costume, est passé devant le Cardinal en proférant des propos indécents !
El Anka lui dit :
« Hé petit, habille-toi comme tu parles sinon parle comme tu t’habilles ! »
 
N’est-ce pas El Anka qui avait lancé cette boutade, à l’encontre de Saïd Hilmi ?
 
«Ne fais pas la tête Saïd… même un chat peut glisser !»
 
El Anka, une légende ?
En 1970, on a annoncé la mort du Phénix ! Une fausse alerte…
Certains par prétention, diront que le cheïkh s’est affaibli et qu’il a perdu de son assurance ! D’autres affirmeront que le Cheïkh est devenu un vieillard maladif…
 
« Ech- Cheft Edhib Issayed Enn’Mer, A Maâmi Labssar ! »
 
Début 1973, El Anka subit une première crise et s’en remet assez rapidement.
Septembre 1973, une deuxième crise plus grave nécessite son hospitalisation à la clinique de Cheraga pour soins intensifs…
 
On annonce encore une de plus le décès du maître du chaâbi !
Encore une fois, la rumeur a bien circulé…
 
El Anka part pour trois mois à Nancy pour une convalescence méritée.
 
De retour au pays, il reprend lentement et anime quelques fêtes familiales. Il devient sélectif. La RTA, consciente de ses erreurs passées, le sollicite mais le Maître décline cette offre tardive…
 
Et le 16 Mars 1974, la salle Atlas la plus vaste d’Alger avec ses trois mille places était archicomble à l’occasion du retour inespéré du cheikh que l’on disait mort ! El Anka apportait un cinglant démenti à ses détracteurs, avec Sobhane Allah ya l’tif, un texte magnifique de Mustapha Toumi. Une sorte de véritable anthologie en l’honneur du Grand Maître…
 

 
« Essid Imout Yak Ssid, Walou Ki Yechref » « Menou Ledhyeb Khayfa ! »
(Le lion restera toujours Lion jusqu’à la mort !) (Même s’il est très âgé, les Loups le craignent quand même !)
 
Ce fut l’apothéose. Un véritable triomphe !
 
 
Et après ?
En 1978, lorsque le Cardinal mourut, les fans et les connaisseurs du chaâbi se sont mis à se poser la question de savoir qui allait assurer la succession. À l’époque, ils étaient nombreux encore à être sur le terrain : El-Ankis, Guerrouabi, Ezzahi, Chaou, Bouaâdjadj, El-Ghobrini, Hassène Saïd et bien d’autres encore. Près de 30 ans après, beaucoup de ces derniers, ont raccroché officiellement.
 
Est-ce la fin du chaâbi ? Non, le chaâbi ne disparaîtra jamais.
 
Il est né à la Casbah mais c’est l’Algérie toute entière qui lui a ouvert les bras. De Mostaganem à Relizane le chaâbi continue d’envoûter ses admirateurs ! Les puristes retrouveront avec joie, l’empreinte des Guessoum, des Laâlam, des Domaz, des Liamine, des Guettaf qui ont su chacun à sa manière, assurer la relève et insuffler sans jamais faillir, à cet art traditionnel un regain de jeunesse dans la pure lignée de ses dignes précurseurs…
 
Non, le chaâbi ne peut pas mourir. Chaque génération a ses hommes.
 
 
La solitude et la fin
Après plus de cinquante ans au service de l’art, El Anka animera les deux dernières soirées de sa carrière jusqu’à l’aube :

  • En 1976, à Cherchell, pour le mariage du petit-fils de son maître cheikh Mustapha Nador.
  • En 1977, à El-Biar, chez une famille très proche. (Avec Boudjemaâ Ferguène, Smaïn et El Hadi El Anka au piano)

 

 
En salle de réanimation de l’hôpital Mustapha, vers trois heures du matin, Il meurt le 23 novembre 1978, à l’âge de 71 ans, dans les bras de son jeune fils El-Hadi. Il est enterré au cimetière d’El-Kettar où reposent déjà Maâlma Yamna, Rachid Ksentini, les frères Mohamed et Abderrezak Fekhardji, Mouhieddine Bachterzi, Hadj Mrizek, Mohamed Zerbout, Fadhéla Dziria (Fadhéla Madani), El Hadj Noureddine, Khelifa Belkacem, Omar Mekraza…
 
 
En cas de recopie complète ou partielle (texte ou photos), veuillez préciser s’il vous plaît la source en mettant un lien direct vers le site. Respectez les efforts de l’auteur qui ne demande rien en retour. Merci !
Http://goutdemiel.com
 
 

Vu 27905 fois par 9188 visiteurs

En cette soirée d’été, près de Bir Djebbah
de Mesyed el-Ghoula vers Sidi Abd-er-Rahman
Sidi Abd-el-Aziz bou-Nakhla et Dar Bou-Djenah
de la rue Porte neuve à la rue souk-El-Khan !

Les adeptes du chaâbi, foule bigarrée, silencieuse
s’agglutinait près de la scène pour voir leur idole
El Hadj El-Anka, le maître vénéré à la voix mielleuse
qui égrenait avec art,la touchia du Ghrib de son mandole

Les You-You stridents, des jeunes femmes aux yeux de jais
parés d’antimoine, se mêlaient des terrasses, au baroud
des vieilles arquebuses d’où la fumée ocrée, sous un ciel figé
semblait suspendue, à sa féérique sensualité qui le boude !

La soirée s’étira langoureusement au fil de subtiles qacidate
que le cheikh, tour à tour, entonnaient de sa voix mélodieuse
Le Sobohi, au son du muezzin au levée du jour aux mille facettes
achevait solennellement la fête, de ses douces complaintes pieuses !

Quelques explications pour nos amis(es)

Bir Djebbah ==> puits des Apiculteurs.(Casbah)
Messyed El-Ghoula ==> la Petite Ecole de la Fée.
Djamâa Sidi Abd-er-Rahman ==> Mosquée de Sidi Abd-er-Rahman
Djamâa Sidi Abd-el-Aziz bou-Nakhla ==> Mosquée d’Abd-el-Aziz bou-Nakhla
Rue Charles-Quint (devenue rue Charlemagne)
Dar Bou-Djenah ==> la Maison le Bou-Djenah.
Souk-El-Khan ==> Le marché au Lin.

I/Le chaâbi

===> El Hadj Mhamed El Anka
Chantre et maître incontesté du châabi !

===> Le chaâbi est un genre dérivé de l’Andalous, jugé trop aristocratique et surtout réservé à une élite de connaisseurs. le Chaâbi a rompu avec toutes les règles musicales trop académiques ou strictes ! Le chaâbi est une vulgarisation de l’Andalou avec en prime un important élagage au niveau de la forme et du style…

Littéralement, chaâbi, signifie « populaire »

Ce genre musical, a été inauguré au cours des années 1920 par Mustapha Saïdi dit Cheikh Nador (1874-1926) qui a su capter et faire fructifier l’héritage du « Melhoun » (poésie issue du Sud marocain, sorte de littérature orale maghrébine). Le chaâbi, contrairement à la musique classique arabo-andalouse, est une musique populaire née dans les fins fonds des venelles de la casbah d’Alger, son berceau géographique. Avant que ce chant n’évolue et devienne le « chaâbi » en 1946, il était nommé le « Moghrabi » puis le « Medh » (louanges qui glorifient la vie du Prophète de l’islam et des saints). Ce style est une déclinaison de la musique arabo-andalouse, non pas une version appauvrie et simpliste, mais l’adaptation festive et conviviale de cette musique savante. S’il est bâti sur les structures de la « nouba », il s’en éloigne au niveau mélodique et rythmique. II se caractérise par une liberté de ton et un sens aigu de l’improvisation au travers de longues Qaçaïde (poésies). Le chaâbi puisait ses notes au contact du petit peuple des quartiers populaires d’Alger et ses mots dans l’ambiance de mauvais garçons des fumeries « mahchachate » de la casbah où se mêlaient les odeurs de l’opium et du hachich. Ce genre musical a connu ses véritables heures de gloire à l’aube des années 1930/40 sous la houlette d’El Hadj M’hamed El Anka (1907-1978) qui bouscula les normes établies par l’art andalou. El Hadj M’hamed El Anka, cet enfant de la vieille casbah est encore de nos jours le grand maître incontesté du genre. Premier protagoniste du chaâbi moderne, il diminua, à partir des années 1950, la pure déclamation poétique au profit du refrain. El Anka a largement contribué à l’inclusion d’instruments nouveaux dans le répertoire du chaâbi tels que le mandole, le banjo et la derbouka. Il devient de son vivant une école et à sa mort une véritable légende. Grâce à El Anka, le chaâbi « moderne » est devenu un art citadin par excellence. Il laisse une empreinte profonde sur plusieurs générations de mélomanes à savoir les plus populaires : Boudjemaâ El Ankis, Dahmane El Harrachi, El Hachemi Guerouabi, Abdelkader Chaou, Amar Ezzahi, AbdAllah Guettaf…

—> L’Andalou c’est un peu comme le français classique avec ses règles et ses contraintes !
—> Le chaâbi à l’inverse, a adopté une démarche plus fluide, à l’instar de l’argot !

—> TOUCHIA (prélude musical)

Annonciateur d’un mode musical bien défini…(Par exemple: Ghrib ! ) et pour montrer aussi aux auditeurs la maitrise et la cohésion de l’orchestre…

===> Sur les 24 Noubates, il n’en reste que 12 !

===> Celles qui restent sont dans les (07) modes ou éthos, suivants :

– Ces modes fondamentaux sont au nombre de sept (07) :
===> Moual, Zidane, Jarka, Araq, Ramal maya, Mazmoum, Sika.
(Tous ces modes ont un istikhbar)
– Quatre modes, ont une Nouba complète :
===> Zidane, Ramal maya, Mazmoum et Sika.
– Une nouba complète est constituée de :
===> Touchia, msaddar, btaïhi, Daraj, Insiraf et Khlass.
(Moual, jarka et Araq ont quelques insirafat et Khlassat)

La Touchia El Kamel termine la nouba.
(Il ne reste dans le répertoire de l’école de Tlemcen (gharnati) que deux (02) Touchiat El Kamel.
===> Touchia El Kamel de la nouba H’sin.
===> Touchia El Kamel de La nouba Ghrib.

No MODES NOUBA TOUCHIA TCHAMBAR BECHRAF
1 Djarka Non Non Non Non
2 Araq Non Non Oui Non
Ghrib Araq Oui Non Non
H’sin Araq Oui Non Non
3 Moual Oui
Maya Oui
Eddil Oui
Rasd-Eddil Oui
4 Raml-Maya Oui Noubet Essoltane Oui Oui
Rasd (Maya Soudania) Oui
5 Zidane Oui Oui Oui Oui
Mdjenba Oui
Raml Oui
6 Essika Oui Oui Oui Oui
7 Mezmoum Oui Oui Oui Oui
8 Ghrib (Etranger) Araq Oui
9 Essehli (Littoral) Non

Une soirée châabi se compose de trois parties

===> Le prélude

a/ Istikhbar (improvisation codifiée)
b/ Touchia ( Une intro musicale )
c/ Nesraf ( petits couplets mélodieux introductifs du mode )
d/ Mkhilass (achèvement-dénouement-liesse)

===> La Soirée

Kassaïdes ( morceaux choisis du terroir ) très variés !
Cérémonial du marié ! (moment solennel consacré au Henné)

C’est le moment le plus chaud et le plus sacré de la soirée, avec l’apparition du marié ! Ici, les des You-you redoublent de violence en son honneur…entouré de ses amis, le marié se fait enduire un peu de Henné autour de son doigt…et s’en va ! Le moment venu, il ira honorer la mariée !

Et la soirée continue…

===> La Fin

1/ Sobohi ( chansons propices au recueillement et à la méditation )
2/ Adieux / In-Siraf ( Dispersion )

II/L’Andalou

Pour le genre Andalou, les choses diffèrent :

Trois grandes écoles se partagent le genre andalou, en Algérie

A) L’école d’Alger

– Sanâa (Métier) de Cordoue
– Son chef de file SFINDJA

Nous citerons de grands noms qui ont perpétué la tradition tels Cheikh M’nemmeche, Benteffahi, Mouzino Mohamed et surtout Abderrezzak Fekhardji, violoniste de talent et chef d’orchestre prestigieux ! Mahieddine Bachtarzi, Dahmane Benachour, Abdelkrim Dali, Mohamed Khaznadji, et surtout Ahmed Serri, le dépositaire de la tradition andalouse authentique.

B) L’école de Tlemcen

– Ghernati de Grenade.
– Son chef de file Cheïkh El Arbi BENSARI.

Nous citerons le Cheikh Redouane Bensari et le cheikh Brixi qui en sont les dignes représentants.

C) L’école de Constantine

– Malouf de Séville.
– Son chef de file Tahar El FERGANI.

L’Art du Malouf est représenté par Cheikh Raymond, Cheikh Darsouni, Cheikh Bentobal…

Côté féminin, il y a lieu de citer :

Yamna Bent El Hadj El Mahdi, Cheikha Tetma, Meriem Fekkaï, fadhila Dziria etc…ce sont également ces femmes qui ont marqué de leurs sensibilités l’art de la nouba et du Haouzi dans les cercles féminins.

===> La NAWBA  de la musique andalouse se compose de cinq parties rythmées, comprenant chacune, un nombre déterminé de chansons, composées sur un même rythme (mawazine)

Les cinq cadences

1/ El-Bassit
2/ El-Quaim wa-nisf
3/ El-Btaïhi
4/ Ed-Darj
5/ El-Quoddam.

a) Chaque “mizane” débute par un mouvement lent, appelé « mouwassâa » (large)
b) Ce mouvement s’accélère peu à peu, puis il devient allègre, c’est le “mahzouz” (relevé)
c) Lorsqu’il devient vif, il prend le nom d’insiraf (renvoyé).

===> Les “snayâae”’où les chansons de chaque “mizane” sont indépendantes les unes des autres. Au cours d’un concert, on les enchaîne les unes aux autres, sans en interrompre le rythme, et ce, généralement, en modifiant la durée des notes finales.

Composition d’une NOUBA

1/ DARIA, MCHALIA ou BOUGHIA

Toutes les “nawbas” commencent par un prélude non rythmé, exécuté par tous les membres de l’orchestre, et qu’on appelle “boughia” ou “mchalia.” (Son but est de mettre l’auditoire dans l’atmosphère du mode principal de la nawba.)

2) TOUCHIA

 Ensuite, on exécute une forme instrumentale rythmée, appelée “touchiya” et qui sert à préciser par quel “mizane” va débuter le chant. ( Certaines “touchyate” ayant disparu, alors le chant est entamé après la “boughya.” )

3/ MESSADAR

Lent, solennel et majestueux, c’est une pièce vocale et instrumentale la plus importante de la Nouba.

4/ B’TAYHI

Plus alerte, deuxième pièce vocale et instrumentale.

===> Entre le Btayhi et le Dardj, petite interlude où le chanteur montre sa virtuosité instrumentale et ses capacités vocales…l’orchestre se repose un peu !

5/ DERDJ

Pièce vocale et instrumentale. Plus accélérée que les deux précédentes…

===> Les poèmes chantés se composent de deux à sept vers : ( ils appartiennent, pour la plupart, à deux genres littéraires créés et mis en vogue en Andalousie et qui se prêtent très bien au chant)

===> les “mouwachah” [muwashshaha], composés en arabe classique !

===> les “zajal” en arabe dialectal. Ce sont des poésies strophiques où alternent mètres et rythmes diversifiés et qu’on chante sous forme de couplets et refrains. ( Parfois, des morceaux de musique, plus ou moins longs, appelés “tawachi” viennent s’intercaler entre les chants, surtout dans le “quoddam.” )

===> Une improvisation vocale (mawal) ou instrumentale (taqsim) sert parfois à relier deux mouvements du “mizane” pour en abréger l’exécution.

6/ KRISSI (Littéralement : chaise)

Sorte de ritournelle musicale… (pour respecter l’alternance entre les différentes pièces chantées)

7/ IN’SIRAFE (Littéralement : dispersion)

Deux ou trois morceaux au minimum.

8/MKHELASS

Ultime pièce de la Nouba. Il est exécuté sur un rythme alerte et dansant.

9/ QADIRIA ou TLITLA

Dans certaines écoles, clotûre de la nouba.

===> Les modes (toubou’e) employés dans la musique andalouse reflètent, d’une part, le goût musical et les tendances mélodiques des principaux groupements ethniques qui composaient la société andalouse.

Vu 8214 fois par 3197 visiteurs

Notre frère Akacha Lahcène vient de me transmettre par mail, le lien de son diaporama sur le défunt, notre frère AbdAllah Guettaf. (Allah Yarhamou)

A toute fin utile, je recopie ici l’intégralité de cette correspondance pour tout ceux que cela intéresse afin de profiter, de cette excellente initiative en contournant ainsi ces quelques lacunes mineures…

 

Son 1er mail

Salamou A3likoum Khouya Kamel

voici le lien du diaporama en hommage a khouna wa chikhna Abdallah Rahimahou Allah que j’ai rallonger à 29 minutes au lieu de 15 Minutes sur youtube, avec de nouvelles photos ( du cheikh) que des amis m’ont prêter et que j’ai retravailler alors j’aimerai bien que tu me donne ton avis sur le résultat et diffuser le lien éventuellement a des amis voilà khouya kamel bien le bonjour a tes proches ainsi que si hacène benouchène, Mohamed haddad, mokhtar benazzouz (Manitou) et tout les amis d’Alger ( ahle el a3ssima )

Voici le lien : http://vimeo.com/28763127

 

Mon mail   (après le visionnage du diaporama)

Salam Khouya Akacha,

L’idée est géniale ainsi que la composition et la réalisation du diaporama…
Seulement voilà, la lecture est entrecoupée et le son vient par intermittences…
Pour profiter pleinement de cette écoute, il faudra laisser « courir » le diapo jusqu’à la fin puis de le remettre en marche à nouveau ! Sinon, pour 29 minutes, c’est le calvaire…
Enfin, c’est ce que j’ai sur mon micro ! Pour toi, je ne sais pas si c’est aussi saccadé ! Si tu veux, vérifie et fais-moi part de tes remarques comme ça, je mettrai le lien sur mon site et cela permettra aux autres de voir le diaporama et de se faire une idée !
Merci frère pour ce travail d’artiste ! Toujours égal à toi-même…
Mes amitiés à toute la famille et surtout à Nacereddine.
Ton frère Kamel

Sa réponse  (suite à mes interrogations)

Salam a3likoum khouya Kamel
j’espère que tu vas parfaitement bien ainsi que ta famille tu sais la raison khouya kamel de ça ! Le Diaporama (de khouna Abdallah Rahimahou Allah) est un gros fichier en .avi HD afin de bénéficier d’une bonne résolution et  d’éviter la pixellisation durant le visionnage de notre diapos je l’ai encoder à 1920 x 1080 et comme notre ADSL laisse à désirée avec son faible débit, et afin  d’éviter tout ce calvaire il faudrait télécharger le fichier sur ton disque dur et le visionner par la suite. Voilà Khouya Kamel, avec toute ma sincère et fidèle Amitié Bien le bonjour à toute la famille.

Akhika Fi lah Lahcène

Lien du diaporama : http://vimeo.com/28763127

Vu 24421 fois par 5942 visiteurs

Institutionnalisée en 2005 et créée à l’initiative de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, le coup d’envoi de la finale de la  6e édition du Festival culturel national de la chanson chaâbi version 2011 ( du 17 au 23/08/2011) a été donné le 17/08/2011 dans la soirée de mercredi dernier au TNA Mahieddine-Bachetarzi.

 


  
Et c’est donc mardi,le 23/08/2011 au TNA Mahieddine-Bachetarzi à Alger, qu’a eu lieu la soirée commémorative à la mémoire de notre frère AbdAllah Guettaf.
  
Le prix « Abdallah Guettaf » a été attribué à Rabah Achour de Béjaïa.
  
La septième édition du Festival national culturel de la chanson chaâbie aura lieu le 4 août 2012 au Théâtre national Mahieddine Bachtarzi à Alger.
  
Ina LilAhi Wa Ina Ileyhi Radj3ioun

Vu 20448 fois par 5165 visiteurs

Hommage à un frère !

 

1/Sa jeunesse

Originaire de Medjana (Bordj Bou Arreridj) AbdAllah Guettaf est né le 18 Août 1949 à Hussein Dey.  Il habite la rue Hanin à la cité Bel Air. (la Glacière)

Marié, il est père de sept enfants. Sadek est l’ainé des trois garçons.

Il a quatre filles.

AbdAllah, tout comme les gamins de son âge, entame sa scolarité dans le primaire en 1955 à l’actuelle école Mohamed Laâdour à la cité la Glacière.

De 1960 à 1963, il passe trois ans dans un CEG puis de 1963 à 1965 il va au lycée Ibn Khaldoun pour finir en terminale son périple scolaire de 1966 à 1969 au lycée Abbane Ramdane à El Mohammadia.

Dès les débuts du service national en 1969, Abdallah est incorporé au sein du 1er contingent. Il part pour l’Académie interarmes de Cherchell et termine ses classes avec le grade d’aspirant ! Il est rappelé un peu plus tard à Boghar pour une période de 45 jours. (Ksar El Boukhari dans la wilaya de Médéa)

2/Sa vie professionnelle

AbdAllah Guettaf comme un peu tout le monde, avait une vie professionnelle de laquelle il tirait ses subsistances pour les besoins de sa famille.

En 1971 juste après la quille, Ahmed Boughala, un ami lui trouve un emploi à la SNMC (Société nationale des matériaux de construction) en qualité de traducteur Arabe/Français.

Puis il occupa le poste de chef de service Achats à l’étranger.

Suite à la restructuration de la SNMC début 87 (ENG, ENAQS…) AbdAllah prit le chemin de Baba Ali, siège de l’ENAQS (Entreprise nationale de quincaillerie) qui finira par péricliter et partir en dissolution !

Après 27 ans de travail, AbdAllah Guettaf se retrouva en chômage forcé ! Aucune indemnité…rien !

Aux environs de 1999, Mohamed Kheloufi (Rabi Yerhamou) lui procura un travail administratif dans une entreprise privée de distribution (l’un de ses parents) au Ruisseau, près de Lafarge à Hussein Dey.

AbdAllah, pour des raisons très personnelles, abandonna et se retrouva par la suite au Hamiz, à l’ENPS (Entreprise nationale des panneaux de signalisation) qu’il quitte en 2002.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3/Ses débuts

Dès 1964, AbdAllah à l’âge de 15 ans taquinait déjà allègrement le mandole.

Les répétitions se passaient à la Villa Choisy (Rue Hanin) puis ce fut le local scout (JFLN) de la cité des Palmiers. A ses débuts, il était accompagné par Hacène Bennouchène au Tar, Hamid Mostfaoui à la derbouka, Lounès Mondi à la guitare, Benadrouche Mohamed (dit Moh leqbaïli) à la guitare et Saïd Bouda au banjo.

A partir de 1966, Abdelkader Choukri (instrumentiste-Retraité à l’ENTV) dit Cheïch Laïbout prit le jeune AbdAllah sous son aile et lui permit alors d’affiner ses armes sous sa férule !

Durant les soirées animées par Choukri, AbdAllah l’accompagnait au banjo puis à partir minuit, finissait lui-même le reste de la soirée jusqu’à l’aube !

Jusqu’en 1969, Krimo Lakehal (rue des jardins) accompagna AbdAllah à la derbouka avec Ammi Hacène Bennouchène au Tar, Smaïl Semrani au banjo guitare et Djamel Bensomra (La Cressonière) au banjo ténor.

De 1971 à 1976, AbdAllah est entouré de Djamel Bensomra au banjo guitare, de Mahfoud Selmi (dit Laglag – Rabi Yerhamou) au banjo ténor, de Allel Khelfa à la derbouka et de Khaled Benslimane au Tar.

A partir de 1977, Mourad taxieur de Oued Ouchayeh est à la derbouka avec Khaled Benslimane au Tar, Mustapha Touati au banjo guitare et le prestigieux banjoniste Ammi Mohamed, Rachedi Mohamed dit cheïkh Ennamous au ténor !

En 1979, il y eut Nonor (cité des Eucalyptus) à la derbouka, Khaled Benslimane au Tar, Mourad Bournane au banjo ténor et Sofiane au banjo guitare.

Merci au frère Mustapha Bennouar pour les précisions suivantes !

De 1981 à 1985,  AbdAllah travailla essentiellement avec Allel Khelfa (derbouka),  Khaled Benslimane  (Tar), cheikh Ennamous /Rachedi Mohamed (BANJO), Kamel FardjAllah ( violon).  Il y avait également :
Mustapha Touati (Allah Yarhmou), Rédha DOUMAZ, les frères Chellali  ainsi que Ahmed papou qui avait animé avec le Cheikh quelques soirées…

Depuis 1990, Lakhdar (El Mossilya) est au Tar avec Djamel (d’El Biar) à la derbouka, Sid Ali (Souidania) au ténor, Sofiane au banjo guitare et Tewfiq (Souidania) au violon.

Il est pratiquement impossible de retracer le parcours musical de AbdAllah Guettaf en se fiant à nos facultés mnémoniques ! La décennie meurtrière permit au maître de se concentrer sur la recherche et la mise à jour des Qassaïd.

 

 

 

 

4/Son répertoire

Nous citerons à titre exhaustif, l’apport en 1965, du cheïch Mahmoud de Djenane Mabrouk, serrurier à la DNC qui lui avait donné quelques Qassaïd telles que : « Roh Ya Nakar Lahcène », »Damit Errada », »lala Fatima », »Youm El Djemaâ » en plus des Nesrafatte et de qualques Sobohi. Cheïck Mahmoud est décédé à Baraki.
(Rahimahou Allah)

Boualem Douara (de la place du 1er Mai) lui apporta entre autres le fameux « Ya L’ghori » dans les années 69.

Nous citerons aussi Mokhtar Benazouz (dit Manitou) le père de AbdelGhani, le violoniste actuel de AbdAllah Guettaf, Mohand Errachid à partir de 1986 et Amar Ezzahi (Chikhena) qui lui transmit par l’intermédiaire de AbdElqader RazqAllah, trois qassaïd du terroir du genre El Mefqoud en 1999 !

Le grand poète marocain Ahmed Souhoum lui proposa un de ses textes « Latifa » que AbdAllah interpréta en 2004 avec brio ! Le poète était vraiment enthousiasmé par le génie de Guettaf ! Il lui envoya encore un autre texte (Asma ALLAH El Housna) et l’invita à venir se produire au Maroc ! AbdAllah réfléchissait à cette proposition quand quelqu’un lui souffla à l’oreille qu’il doit passer devant un scanner qui toucherait à sa pudeur…

Dégoûté, AbdAllah abandonna ce projet !

Il serait superflu de parler des Qassaïd (quelques centaines) que je lui avais remises , lors de mon mariage et où je venais de mettre fin à ma carrière de chanteur chaâbi.

Des amis bien intentionnés lui ramenaient parfois des exemplaires de maîtres tels que :

El Mandaci, Mohamed Bensmaïl, El Bouzidi , Mohamed El Omrani Ben Ali Erzine, BenKhlouf, El Maghraoui, Mohamed Ben Slimane, Kaddour El Alami, Ben Triki, Ben Sehla, Ennadjar, Driss Ben Ali, Mohamed Ben Omar, Ettouhami et sa magistrale « Marhaba Bi Chah’r El Ghofrane» plus connue sous «  Ya Nafekh Fel Abd Errouh »

5/AbdAllah l’Artiste

AbdAllah répétait dans le local des scouts à la cité Les Palmiers.

Nous étions très liés musicalement parlant…

On échangeait des idées, on discutait surtout de chaâbi, touchiate et autres astuces. Très doué AbdAllah Guettaf persévéra en suivant la lignée des grands Médahine du Djed et du zouhd. A l’instar des autres grands chouyoukh. AbdAllah trouvait son inspiration première dans la voie tracée par le Phénix, cheïkh El Anka (Allah Yerhamou) qui était le chef spirituel de toute une génération de jeunes chanteurs de chaâbi Açil. (conservateur)

AbdAllah excellait dans tous les registres musicaux ( Aroubi, Andaloussi, Hawzi, Badoui…)

6/AbdAllah et les Qassaïd

Instruit et très modeste, AbdAllah maitrisait très bien l’arabe littéraire et apportait un soin particulier à l’étude des Qassaïed. On peut dire que Guettaf a dépoussiéré le registre « Qassaïd » au sens propre des mots dans la lignée des grands chouyoukh…

Il a remis au goût du jour, des textes inconnus auxquels il a redonné vie dans le pur style du chaâbi Acil. Ainsi au début, il s’intéressait à la syntaxe, au lexique et à la forme du poème puis dans un deuxième temps, il décortiquait le texte pour arriver au contenu, au fond et aux différents sens apparents ou ésotériques voulus par l’auteur.

AbdAllah, savait que l’on ne pouvait dissocier le texte de son auteur…

En se rapprochant un peu plus de ces auteurs célèbres, il s’imprégna alors de leurs souffles, de leurs vision mystique du monde et finira peu à peu, par adopter dans une très grande rigueur, un comportement digne des plus grands interprètes du Medh traditionnel !

Il regroupait avec amour et patience, les textes des plus grands Poètes du Melhoun en les recopiant dans ses registres. AbdAllah respectait l’auteur du texte et ne changeait jamais quoi que ce soit au texte initial. Très croyant, il accomplissait pieusement ses obligations religieuses et se détournait peu à peu du Ghazl et autres styles réservés à l’amour platonique. AbdAllah se penchait avec ferveur sur les textes d’inspiration Soufie ou de textes de louanges et d’invocations divines ! Avant la soirée festive, personne ne savait ce que le cheikh allait chanter…

Son répertoire très varié, charmait les plus récalcitrants. AbdAllah ne commençait jamais quoi que soit avant d’avoir accompli la prière du Îcha et il finissait toujours avant la prière de l’aube ! Un principe incontournable…

7/AbdAllah et la musique

AbdAllah avait aussi une parfaite maîtrise du Mandole. Il avait une prestance et un répertoire d’une grande richesse poétique. Son répertoire musical était très varié puisqu’il avait l’habitude à chaque récital ou soirée festive, de faire profiter son entourage d’une nouvelle touchia ou un Djambar qu’il exécutait toujours avec brio ! C’est un véritable plaisir que d’assister à l’ouverture d’une soirée avec lui ! Il sortait des sentiers battus et innovait à chaque fois pour le plus grand plaisir de tous les mélomanes avertis qui le suivaient partout où il allait…

Il exécutait allègrement  aussi bien la touchia Ghrib, Moual, Maya, Sika, Raml Maya, Zidane que le Djambar 3raq. Toute une panoplie de Nesrafet selon le Tab’e (mode), venait agrémenter ces merveilleuses soirées.

Sa parfaite diction et sa voix chaude faisaient le reste en envoûtant un auditoire très varié de connaisseurs.

AbdAllah Guettaf est un enfant du terroir qui a vécu du chaâbi et pour le Chaâbi !

J’avais entrepris avec le Cheikh Abdellah Guettaf un voyage à Constantine à l’occasion d’une fête familiale. Sa notoriété, s’étendit alors aux confins du territoire national en passant de Skikda, Béjaia, Annaba et Ghardaïa !

En autodidacte, il a donné au chaâbi, ses plus belles lettres de noblesse.

De ses anciens compagnons de métier, il faut signaler Ali LAÂMA, Rédha DOMAZ (Banjo), Rachid LAÏDAOUI (Banjo), LAÂGAB (derbouka) et bien d’autres…

Depuis et jusqu’à sa mort, AbdAllah GUETTAF se faisait accompagner de L’Hadi HARBIT (Banjo), Abdelghani au violon (fils de manitou – ancien cheikh), Mohamed Johnson (Banjo) Kamel FARDJALLAH (violon), Abbes GUETTAF (neveu de AbdAllah) à la derbouka, Lakhdar (Tar)…

8/Quelques récitals du cheikh

==> Juillet 2006, cheikh Abdallah Guettaf se produisit devant le grand public à l’occasion de la demi-finale de la 1ère édition du festival national de la chanson chaâbi en juillet 2006 à Chéraga.

==>  Jeudi 12/10/2006, il se produit quand même ce jeudi 12 octobre 2006 en maestro durant la finale de cette importante manifestation, subjuguant les jeunes talents ainsi que toute l’assistance  présente au Théâtre National Mahieddine Bachetarzi.

==> jeudi 23 novembre 2006, hommage à l’occasion du 28e anniversaire de la mort du cheikh El Hadj M’Hamed El Anka, à l’auditorium du complexe Laâdi Flici : AbdAllah Guettaf

==> C’est en 2006 qu’il donne son premier concert pour l’ENTV, accompagné par l’orchestre chaâbi que dirigeait Hamai Mabrouk.

==> Le mercredi 11 mars 2009, à partir de  20 heures :

– Au complexe culturel Laâdi Flici :  AbdAllah Guettaf

==> Du 13 août au 8 septembre 2010, la ville de Skikda a consacré lors de la 7e édition de la musique andalouse une programmation ramadhanesque très variée avec notamment :

AbdAllah Guettaf…

==> Le 11 mars 2010, le complexe culturel Laâdi-Flici, chaque mercredi avec :

Abdellah Guettaf…

==> Jeudi 8/6/10, à partir de 21h:

Centre culturel Birtouta: soirée avec Abdellah Guettaf

==> Jeudi 10/06/2010 au complexe culturel Laâdi-Flici à  21h, soirée chaâbi avec :

Abdallah Guettaf…

==> Jeudi  le 25/11/10 au centre culturel Abelhamid Benhadouga de Kouba AbdAllah a interprété :

– «Goulou leghzali»

– « El qabta»du poète M’barek marocain Essoussi.

– «El Malka Khadidja»

– «Lellah el ahad ya h’babi »

– «Moulati»

Et une série de Nesrafate :

– «Ya saâte el hania»

– «Saraqa el ghousnou»

– «Mechmoum» – «Chems el âachia».

==> L’émission « Fen bladi », de la télévision nationale, lui réserve un enregistrement de deux heures.

==> Dans le cadre du programme « spécial Ramadhan 2010 », il enregistre en date du 22 Juillet 2010 dans les studios de L’ENTV des Eucalyptus – Cherarba – une merveilleuse Qassida du cheikh Ettouhami « Marhaba bi Chahr El Ghofrane » connue sous le nom de  » Ya Ennafekh Fel Aâbd Errouh » !

Si ce n’était l’intervention de Bendamache (qu’il en soit chaudement remercié) AbdAllah et El Qoubi auraient quitté les studios, à la vue du matériel d’enregistrement très désuet mis à leurs dispositions…

9/Le destin

Invité pour animer une soirée musicale à Draria, AbdAllah se retrouve à la dernière minute programmé pour le centre culturel de Baraki ! Après la « Touchia » et quelques « Nesrafette », ce fut le drame…

AbdAllah vient de subir un Accident Vasculo-Cérébral (AVC)

Admis aux urgences de l’hôpital Parnet ce samedi 15 janvier, suite à un malheureux AVC AbdAllah GUETTAF avait rendez-vous avec son destin. Il fut rapidement transféré à l’hôpital de Kouba puis à l’hôpital Aït Idir où une opération chirurgicale de 04 heures (de 14 heures à 18 heures) allait lui être fatale, ce vendredi 28 janvier 2011 où il décéda aux environs de minuit trente. Il nous quitte à l’âge de 61 ans. Il est inhumé au cimetière d’El Alia à Alger.

L’ENTERREMENT A EU LIEU LE SAMEDI 28/01/2011 AUX ENVIRONS DE 13 HEURES.

ABDALLAH GUETTAF  61 ans 05 mois et dix jours (18 Août 1949  – 28 janvier 2011)

INA LILAHI WA INA ILEYHI RADJI3OUN ! RABI YERHAMEK YA KHOUYA ABDALLAH

WA YELHAMOU DHAWIK ESSABRA WE ESSALOUANE !

LA ILAHA ILA ALLAH MOHAMMAD… RASSOULOU ALLAH

10/Reconnaissances posthumes

Un vibrant hommage a été rendu samedi 26 février 2011, à la maison des arts et de la culture Mohamed Boudiaf de Annaba, au célèbre interprète de la chanson chaâbie, Abdallah Guettaf, à la faveur d’une initiative conjointe de l’association locale « We Aime Chaâbi » et de la direction de la culture. Un tableau d’honneur, en l’occurrence El Hassoun d’or-2011, a été remis à la famille de ce grand maître du chaâbi.

***************************

La chaine I a elle aussi consacré son émission « Bit Ou Syah » animée par le brillant Boudjemâ ce mardi 15 mars 2011 à la mémoire du regrétté AbdAllah GUETTAF où ses amis (El Hadj QZADRI Hocine et son frère Hamid, ABROUQ Mohamed, CHERGUI Idir – l’initiateur- et SEDDIKI Kamel) sont venus deux heures durant (de 21 heures à 23 heures) évoquer avec un grand honneur, le parcours de ce grand homme et de cet artiste hors pair !

==> Projets:

– Proposition pour la création d’une association « des amis de AbdAllah GUETTAF »

– Appel à Mme Khalida TOUMI ministre de la Culture pour la dénomination d’un centre culturel  « Centre Culturel AbdAllah GUETTAF »

– Organisation, chaque 28 janvier d’un festival chaâbi en hommage à ce grand artiste.

**********

Par respect pour l’auteur et ses efforts dans la révision des différents recoupements (d’autres détails suivront…) PRIERE de bien préciser la SOURCE et LE NOM de L’AUTEUR en cas de publication (quelque soit le support…)

AUTEUR  ==>  GOUTDEMIELKamel

Mes remerciements et mon amitié à notre frère Ammi Hacène Bennouchène pour ses précieuses informations…

 

 

 

11/ Discographie

AbdAllah Guettaf un grand homme, un artiste prestigieux…

 

 

 

 

 

 

 

 

a) Choisissez une chanson dans le menu et appuyer sur « Ok »
b) Pour revenir sur cette page :
Cliquez sur la flèche en Haut et à Gauche sur Youtube

MENU

12/ Pétition

A l'aimable attention de Madame la Ministre de la culture
 

Madame la ministre,

Nous soussignés "les amis de AbdAllah Guettaf" portons à votre aimable attention, la suggestion suivante :

Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom du défunt AbdAllah Guettaf (Allah Yarh'mou)

Madame la Ministre, nous savons très bien que vous êtes la mécène de nos hautes valeurs culturelles et la valeureuse gardienne de leur pérennité...

Aussi, nous insistons Madame la Ministre afin que vous donniez espoir à cette demande en promulguant un arrêté dans ce sens qui viendra concrétiser le travail de longue haleine de ce ténor du chaâbi, cet infatigable chantre du terroir dont vous semblez, Madame la Ministre accorder les plus grands mérites et les louanges les plus élogieuses.

Vous êtes bien placée madame la ministre, pour honorer sa mémoire dans le cénacle des prestigieux artistes dont la notoriété a dépassé les limites de nos frontières. AbdAllah Guettaf a su par sa modestie légendaire et par l'élégance de son style musical, marquer pour la postérité des générations entières ! Le geste auguste qu'on attend de vous Madame la Ministre, lui rendra justice, on n'en doute pas et atténuera dans une certaine mesure, cette profonde affliction que nous éprouvons en évoquant à chaque fois son nom...

Recevez Madame la Ministre, l'expression de notre sincère considération.

 

 

Nom:

Adresse E-mail (ne sera pas publiée):

Wilaya:

Please enter an optional comment:

Do not display name on website:

Hakima, Béjaïa
Louable initiative. Je suis partante !

Kamel, Alger
Voilà, c'est fait ! Espérons que nos amis seront nombreux à venir signer cette pétition...

Akacha, Constantine
excellente initiative pour mémoire !

Hocine, Constantine
Cheikh Guettaf Allah yarh'mou mérite au moins cela et c'est
le minimum que l'on puisse faire !

Akacha, Constantine
Tu restera à jamais dans nos Cœurs ya Cheikh ...

Farid, Béjaïa
Allah yarhamou. Même une salle à Bejaia, c'est bon!

Jojo, Alger
Un grand homme et un grand artiste. Il faut lui rendre justice !

lahcène, Constantine
Cheikh Abdallah une grande leçon d’humilité, de sagesse et de lucidité, une véritable bibliothèque, un astre de la culture Algérienne vient de s'éteindre, afin que ses rayons continueront à Briller Sur la musique Chaabi .Nous-nous devons aujourd’hui de donner son nom au C.C.Baraki ce sera toujours est 'il une reconnaissance quoi qu'infime de ce Grand Homme

merouani, Constantine
le centre de Baraki et un autre à Constantine, Cheikh Abdallah Guettaf mérite plus que ça " Allah Yarh'mou

Belamri Rabah, Constantine
Je suis avec vous les amis !

Selami Souâd, Blida
Rabi Yerhamou. Fenane Taâ Essah !

Filali, Constantine
par cette initiative rendons justice à ce grand maitre du Chaabi Allah yar'hme Chikhna

Nasro-Akacha, Constantine
Rabi yarhme a3mou (tonton) Abdallah c'était quelqu'un d'exceptionnel tu nous manque ! un centre culturel en ton Nom compenserai un peu ce vide...

Touli Abdelkrim, Constantine
Nous soutenons de tout coeur cette initiative afin de rendre justice à ce grand Maitre du chaabi

Kamel, Alger
Nos amis Constantinois sont à l'honneur avec 09 signatures... Merci ! Mais où sont donc passés, les "Amis de AbdAllah Guettaf" ? (Allah Yarh'mou)

Abdelli Hadj Omar, Adrar
Allah Yarhmeh

borhane, Constantine
il était grand temps pour une initiative pareille

berkane omar, Constantine
notre grand maitre mérite beaucoup plus que ca il a contribué a la sauvegarde de lakssida je pense que tous les mots ne suffiront pas pour décrire le monument algérien c était un grand homme et un vraie artiste ....les constantinois sont triste

ziada boualem, Constantine
excellente initiative que je soutiens , afin de rendre justice
à cheikhna Abdallah Guettaf Allah Yarh'mou

Benyahya Hacene, Constantine
C'est un grand artiste qui vient de nous quitter rendons lui hommage à titre posthume,en rebaptisons le C.C.Baraki au Nom de Cheikh Abdallah Guettaf

Mohamed Yacine, Alger
un Grand homme et un Grand artiste
allah yarahmou

Abdelmalek, Annaba
très bonne initiative,je suis partant

noro, Jijel
1961

guemouri, Adrar
Ce grand frère mérite plus que ça et soyez nombreux pour dire OUI à tout ceux qui l'on connu.Allah Yarham khouya Abdallah. Ahmed de Lille-France.

xxxxxxxx, Alger
J'ai connu l'artiste a tous ses débuts et son jeu particulier au mandole où il alterne savamment la hauteur des notes

mokhtari, Alger
Allah yerhmou je suis partant

TAGUIGUE, Constantine
اللهم إرحمه بكل كلمة مدحك بها.
un chanteur, unique dans le monde de chaabi, il a son propre style.Dommage, il passe tout sa carriere a l'anonymat.

nadir, Alger
abdellah guettaf est un ferronier de la parole donc il faut lui rendre un vibrant hommage en sa memoire donc c'est au tour de l'algerie pour lui rendre hommage car il a beaucoup donné pour cette algerie.

boutellis wahid, Jijel
un grand maitre du chaabi et un maalem au sens propre du therme.tres bonne initiative que la maison de culture de beraki portera le nom de abdellah guettaf que nous porterons dans tous les cas et pour toujours dans nos coeurs.

krimou guettaf, Alger
allah yerahmak ya medah benkhlouf
excellente initiative pour mémoire

krimou guettaf, Alger
ya allah arham min asmou lik mansoub kane yerham aibadak bel kbar wa sghar
chéikhna abdellah medah sid labrare

tami mohamed, Alger
je suis d'accord avec vous abdellah merite plus que ca ALLAH YARAHMOU

Malih, Alger
Rabi yarah'mo, il mérite plus que ça.

Hakim, Constantine
Je suis "pour" à la mémorisation de notre défunt rahimahou Allah...

FARID, Constantine
Bonjour et bonne année à tout le monde , je voudrais savoir qu'est ce qui ya de nouveau au sujet de la rebaptisation du centre culturel de barraki?

kellil, Constantine
oui le defunt merite plus,il etait de son vivant nationaliste ,competent dans son domaine ,disponible et a participer pour l'enrichissement de la culture algerienne d'une facon particuliere et arabe d'une maniere generale ,
ABDELLAH GUETTAF c'est l'equation de "l'ideal' :
1-le savoir
2-le savoir faire
3-et (surtout ) le savoir etre .
moi en tant que constantinois et algerien je souhaiterai qu'a constantine aussi il soit honore en attribuant son nom a un centre culturel

djamel hydra, Alger
je marche avec vous je suis pour allah yarhmou cheikh abdallh si la créme de cheikh el anka allah yarhmou

Nabil GUETTAF, Alger
Veuillez svp rebaptiser le centre culturel de Baraki au nom du défunt Abdellah GUETTAF Allah yarahmou.
Mes meilleures salutations.

xxxxxxxx, Alger
D’emblée je vous remercie de cette louable initiative
ayant un fervent admirateur de chikh , j'ai la chance de grandir à la cite la glacière ou j'ai assister à une centaine de soirées de Abdellah
allah yarhmoiu (la je suis à l’instant à la Mecque pour effectué OMRA , que dieu ait son âme )
Je souhaite porter deux précisions

-ABDELLAH à cesser de travail après la restructuration de la SNMC en 1998 sous la forme d'une retraite anticipée
- LAKHDAR ( Mosylia ) il rejoint la troupe de musique de ABDELLAH en d’ année 90 et non en 1982 comme vous l'aviez souligner
- la troupe de CHIKH composée de 81 au 85 essentiellement ( Allel derbouka - khaled Tar-Namous BANDJOU- Razkallh violon-
il y avait également -Mustapha Touati rabi yarhou
Reda DOUMAZ- les frères Chelali , ainsi que Amed papo qui a animé avec chikh quelques soirées

xxxxxxxx, Annaba
elah yarhamek khouya abdelah ka3ba ouahda fel lalgerie mananesaouakache dima rak fibana

MEKHAZNI TOUFIK, Alger
cheikh Abdellah Guettaf un frere que j'oublierai jamais c'etait un grand artiste , un homme généreux , il y'avait tjrs du thé pour toute personne lui rendant visite ... depuis 1977 j'ecoute Abdellah , avec lui j'ai fais bejaia constantine , jijel hamma bouziane et pratiquement tte les fetes de l'algerois ... comment voulez vous que je ne cautionne pas cette action, bien au contraire je signe avec mes dix doigts cette ppétition j'ai de l'espoir en notre ministre de la culture qui a tjrs encouragé le cha3bi bravo les amis...

benhamouda kamel, Constantine
adaaf el imane

xxxxxxxx, Adrar
cet une chose formidable pour le grand de chabi

BELAHCENE, Blida
ABDELLAH GUETTAF, comment oublier l'inoubliable il restera toujours dans nos pensées ALLAH YARAHMOU. Je m'incline avec humilité devant sa mémoire je crains que les qualificatifs à titre posthume ne soit suffisant car érodés par l'usage et le temps j'eus l'immense honneur de le connaitre car il fut mon voisin et camarade d'école. Je voudrais donc en toute simplicité comme il le fut durant toute sa riche vie lui dire salut l'artiste tu demeure toujours dans nos souvenir. et souhaite ajouter ma modeste voix à tous ceux qui m'ont précédé.

ramzi, Alger
elah yarhmou nchalah ou ykhfef 3lik etrab ekiil nchalah rahou dima fi kloubna

KACI, Alger
je suis avec vous les amis , je suis un admirateur de cheikh abdellah guettaf allah yarahmou , il mérite plus que ça

MAHDAD BOUALEM, Alger
ALLAH YARAHMOU IN CHAE ALLAH

benzerari noureddine didine, Constantine
Très bonne initiative je valide la préservation de notre patrimoine et les acteurs de notre culture notre identité... Merci

lamara, Tizi Ouzou
un artiste d'une telle envergure mérite plus q'une rebaptisation ;rare les artistes d'une telle profondeur spirituelle.

kamel B., Alger
très grand artiste et un grand Monsieur que j'ai côtoyé et que je connais très bien il mérite de donner son nom au c.c.Baraki

aissaoui, Adrar
il fut aussi le premier a recevoir le grade d'aspirant. remis par le président houari boumediene (service national

karimo, Béjaïa
Ellah eramek cheikh.un géant du Chaabi

 

[polldaddy poll= »4975707″]

[polldaddy rating= »4398583″]

Vu 59925 fois par 12216 visiteurs

Au fil des jours
août 2018
D L M M J V S
« Mar    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Articles récents
Slideshow
  • Własny zespoł weselny 23 février 2017
    Myślicie, że nadal jest taki duży popyt na usługi zespołów weselnych? W tej branży można się spokojnie utrzymać przez cały rok czy tylko sezonowo? Jakie jest Wasze zdanie? Znacie może jakiś zespół, który ciągle ma zlecenia?
Total Petition Signatures
  • Rebaptisation du centre culturel de Baraki au nom de Guettaf AbdAllah: 52